100 questions sur les femmes et la politique

Cette année, Manon Tremblay nous offre en format poche un abrégé de ses travaux, intitulé 100 questions sur les femmes et la politique, pourvu d’une table des matières très détaillée, d’un index général et d’un index des noms de personnes pour faciliter la recherche.

Dans sa présentation, l’auteure explique qu’après avoir offert un de ses livres à une connaissance, lorsque plus tard, elle lui demanda où elle en était dans sa lecture, celle-ci lui répondit : "À la page 16. C’est technique et je ne m’y retrouve pas". Manon Tremblay se dit alors qu’un manuel de vulgarisation sur la participation des femmes à la vie politique serait peut-être le bienvenu.

Elle explique que son objectif est d’offrir des réponses aux questions qui lui sont le plus fréquemment posées à ce sujet par ses étudiantes et étudiants, les journalistes, les fonctionnaires ainsi que les gens de son entourage. Parmi 100 questions auxquelles ce petit livre tente de répondre en évoquant les principaux enjeux et débats actuels, on retrouve : Quelle est la première femme élue dans un parlement national ? L’électorat et les médias sont-ils sexistes ? La vie familiale pose-t-elle vraiment obstacle à la participation des femmes à la politique ? Quelle place les femmes occupent-elles au sein des gouvernements à travers le monde ? Comment expliquer l’avant-gardisme des pays nordiques en matière de féminisation des parlements ? Les quotas électoraux sont-ils une mesure efficace pour accroître le nombre de femmes au Parlement ? Faut-il que le Québec change son mode de scrutin pour accroître le nombre de femmes à l’Assemblée nationale ? Est-il utopique de penser qu’une femme pourrait être première ministre du Québec ou du Canada dans un avenir rapproché ?

Manon Tremblay nous prévient que d’autres spécialistes de la participation des femmes à la vie politique pourraient développer une tout autre argumentation que la sienne. Par exemple, à la question "les responsabilités familiales posent-elles vraiment obstacle à l’engagement des femmes en politique ?", elle dit soutenir qu’il s’agit là d’une difficulté surestimée. Autre exemple à propos du changement du mode de scrutin au Québec où elle affirme qu’un tel changement n’est pas nécessaire pour accroître le nombre de femmes à l’Assemblée nationale. "Une opinion à laquelle bien des personnes s’opposent avec véhémence", reconnaît-elle.

100 questions sur les femmes et la politique est un livre indispensable dans chaque bibliothèque. Il répond avec simplicité et précision aux questions les plus fréquentes sur ce sujet tout en suscitant la réflexion et le débat.

Manon Tremblay est professeure titulaire à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa, où elle dirige aussi le Centre de recherche sur Femmes et politique. Elle est actuellement codirectrice de la Revue canadienne de science politique.

Source : Sisyphe

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter