3ème activité : Mobiliser les communes et soutenir les candidates

Après un vaste programme de sensibilisation dans les communes du projet, "femmes actrices des élections locales en RDC" a convaincu 23 femmes de se porter candidates et a débuté leur accompagnement. Les actions dans les communes ont pris de l’ampleur pour mobiliser les communautés en vue des prochaines élections.

Après leur formation initiale, 150 leaders locaux, femmes et hommes (50 par commune) ont procédé à la formation de 300 femmes et jeunes filles, soit 100 par commune, de mars à juin.

Le premier atelier a eu lieu à Luvungi, du 19 au 20 mars 2018. 65 femmes ont été sensibilisées et formées sur le processus électoral, et le soutien des femmes potentielles candidates. Ces femmes potentielles candidates ont été présentées aux participantes et aux autorités locales de Luvungi. Le second atelier a eu lieu à Kavumu du 26 au 27 mars 2018. Cent femmes et une dizaine d’hommes, les autorités locales et coutumières ont été sensibilisées à participer massivement aux élections et à soutenir les candidatures féminines. Les candidates potentielles ont également été présentées aux participantes et participants. Ils se sont engagés à soutenir les femmes qui ont été présentées. Le troisième atelier a eu lieu à Walungu, du 3 au 4 juin 2018. Plus de cent femmes ainsi qu’une vingtaine d’hommes entre autres l’administrateur du territoire, le chef de groupement et d’autres autorités coutumières ont été aussi sensibilisées sur le processus électoral et à voter massivement les candidates présentées.

La mobilisation maximale des femmes, leur enrôlement, l’adhésion enthousiaste des leaders locaux au projet et l’identification des candidates potentielles et leur adhésion aux partis politiques sont les points forts du projet.

Le projet fait face à des enjeux : Les 23 potentielles candidates des trois communes ont posé le problème des moyens financiers pour la campagne électorale. La langue de communication pendant les ateliers a compliqué la mise en œuvre. La majorité des femmes, voire certains leaders locaux ne parlent pas la langue française et la comprennent difficilement. De plus, le bas niveau d’instruction générale de beaucoup de femmes et filles dans les trois communes ciblées a donné parfois « du fil à retordre » aux intervenant.es. Certaines maisons de presse nous ont demandé plus que ce qui est planifié dans le budget. L’insécurité dans la région, ainsi que les perturbations du climat ont obligé le projet a relocalisé certaines de ses actions.

La phase 3 consistera à mettre en place une campagne d’interpellation des candidat.e.s sur les besoins des femmes et installer une veille collective sur la participation des femmes à la vie politique locale. Cette activité sera menée avec la 3e tranche d’appui attendue. Elle comprendra l’animation d’une campagne, à travers deux ateliers sur le thème ‘’Si vous voulez nos voix, écoutez les nôtres’’ et ‘’Cette fois-ci je donne ma voix aux femmes’’. Des interventions dans les trois communes seront faites pour l’organisation de ces campagnes.

Dans la même rubrique :

Répondre à cet article

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter