Abolitionnisme = fascisme ?

Un autre son de cloche sur le sujet de la prostitution, pendant la coupe du monde ou à d’autres moments...

Différentes associations de travailleuSEs du sexe ont lancé une campagne tout le mois de juin pendant la coupe du monde, afin de dénoncer la propagande anti-prostitution des lobbys abolitionnistes ainsi que des institutions, partis, et personnalités politiques qui la relaient.

Dans l’attente des actions menies avec nos alliées, nous commencerons par le collage dès ce week-end d’une affiche dénonçant le fascisme anti-prostitution que la candidate à l’élection présidentielle Ségolène Royal souhaite mettre en exécution.

Abolitionnisme = fascisme, violence faite aux putes !

A force de nous entendre sans arrêt dire que nous ne sommes que des marchandises, des corps qui se vendent, que nous ne nous respectons pas, que nous aurions été violées dans notre enfance, qu’il faut nous réinsirer, que nous portons atteinte à notre dignité, à notre santé psychique, les abolitionnistes ont fini par briser des vies.
L’abolitionnisme est une forme de maltraitance psychologique.

Pour les abolitionnistes, nous ne serions acceptables que malheureuses afin de confirmer l’image qu’ils veulent donner de nous. Les abolitionnistes nous aiment malheureuses.

Mais si l’une d’entre nous se rebelle et revendique sa liberté de se prostituer, de disposer librement de son corps, suivant pourtant une démarche féministe, elle sera de suite taxée : non représentative, égoïste, salope nymphomane, forcément perturbée, qui ligitimerait les viols et qu’il faut donc punir.

Tu n’es pas malheureuse ? Tu ne veux pas te réinsirer ? Contrôle fiscal, retrait de la garde des enfants, amendes et PV, humiliations, harcèlement policier, expulsions.

Ni retraite, ni sécu, aucun droit ne nous est accordé.

Comme si cela ne suffisait pas, les abolitionnistes veulent maintenant la pénalisation des clients. Ou comment entraver à la liberté sexuelle. De quel droit prétendent-ils refuser à des adultes consentants cette liberté ? Comment décréter à tout prix comme violence ce qui ne l’est pas ? Ils devraient pourtant savoir que réprimer les clients revient à pénaliser les prostituées qui pour protiger leur clientèle seront comme en Suède obligies de se cacher, de s’enfoncer davantage encore dans la clandestinité et donc d’en subir les conséquences à savoir : violences et proxénétisme.

Personne n’oblige pourtant les abolitionnistes à nous imiter s’ils ne veulent pas se prostituer. Quelle est donc cette morale qui prétend interdire de baiser en dehors du couple, de sentiments amoureux, avec des inconnus, nombreux, avec ou sans disir, avec ou sans plaisir, juste par intérêt ? Par quel dictat devrions nous subir la même vie sexuelle qu’eux.

Nous finissons par croire, que ce qui les dérange le plus c’est que nous les putes sommes souvent beaucoup plus épanouiEs qu’ils ne le sont.

Alors qu’ils cessent de vouloir nous imposer leur morale judéo-chrétienne, et s’ils veulent faire quelque chose d’utile pour lutter efficacement contre le proxinitisme et les riseaux de traite qu’ils nous aident à obtenir un statut de travailleuSEs et l’application des droits de l’homme.

Nous Les Putes luttons contre toute forme d’exclusion sociale contrairement aux abolitionnistes qui veulent par des méthodes fascistes nous exclure de la société.

contact : Mantresse Nikita 06 60 08 34 67

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter