Actions militantes des femmes à travers les frontières

Du 25 mai au 10 juin 2002, à l’initiative de Transeuropéennes, une cinquantaine de femmes militantes des pays d’ex-Yougoslavie et d’Albanie se sont réunies pour traverser ensemble les frontières imposées, réelles ou imaginaires, entre leurs pays, entre leurs communautés.

Les objectifs de ces femmes étaient de se confronter à la réalité de l’autre, de faire face au passé des guerres récentes et à la question de la responsabilité, de se soutenir mutuellement dans leurs luttes respectives contre les pressions communautaires de tous ordres, contre les cloisonnements. Elles ont ainsi accédé à des réalités qui leur étaient restées jusque là lointaines, ou abstraites, et qu’elles ne voulaient pas refouler. Elles entendent désormais en témoigner.

L’historique
En décembre 1999, Transeuropéennes a réuni à la Fondation Royaumont (France) 50 femmes militantes d’ex-Yougoslavie et d’Albanie. L’objectif premier était de mettre en lumière les valeurs et les priorités communes de ces militantes quant à la démocratisation de leur société, la lutte contre le nationalisme et le cloisonnement social, l’instauration d’une paix durable dans la région. Le deuxième objectif était de s’interroger sur les raisons de leur invisibilité durable en tant que sujets politiques défendant ce type de vision, et cela en dépit des nombreux programmes régionaux soutenant l’accroissement du rôle des femmes en politique. Le troisième objectif était de décloisonner les formes d’actions militantes des femmes (féministes, militantes des droits de l’homme, journalistes, militantes culturelles, etc.). Il s’agissait de se réunir pour parler de contenus politiques, de la destruction des liens sociaux et de leur restauration, de responsabilité individuelle, de transgression des frontières imposées, physiques et psychologiques.
Le succès de la conférence de Royaumont amena les participantes à concevoir un nouveau projet de rencontre très rapidement. Ainsi, au printemps 2000, à Mavrovo (Macédoine), quarante militantes se réunirent. Le groupe, qui incluait de nouvelles militantes désireuses de rejoindre ce travail, travailla trois jours durant sur la question de savoir “ Comment faire face à la pression communautaire ? ”, avec pour projet d’élaborer un texte programmatique et sur des idées d’actions concrètes. De manière exemplaire, la conférence de Mavrovo a débouché concrètement sur le projet de caravane, susceptible de mettre en acte la conférence de Royaumont.

La caravane
Ainsi, du 25 mai au 10 juin 2002, une cinquantaine de femmes militantes des pays d’ex-Yougoslavie et d’Albanie se sont réunies pour traverser ensemble les frontières imposées, réelles ou imaginaires, entre leurs pays, entre leurs communautés. Venues d’Albanie, de Bosnie-Herzégovine, de Croatie, du Kosovo, de Macédoine, de Serbie et du Monténégro, elles ont décidé de suspendre le cours habituel de leur vie professionnelle et familiale durant quinze jours pour aller jusqu’au bout de leur engagement et parcourir ensemble près de 3000 km, rencontrant une centaine de militantes de plus de 70 ONG locales, près de quarante élus locaux, des responsables gouvernementaux, des représentants de la communauté internationale, se recueillant sur les lieux de commémoration des victimes civiles des guerres.
Leurs objectifs étaient de se confronter à la réalité de l’autre, de faire face au passé des guerres récentes et à la question de la responsabilité, de se soutenir mutuellement dans leurs luttes respectives contre les pressions communautaires de tous ordres, contre les cloisonnements.
Elles ont ainsi accédé à des réalités qui leur étaient restées jusque là lointaines, ou abstraites, et qu’elles ne voulaient pas refouler. Elles entendent désormais en témoigner.

Le partage de l’expérience
A partir de cette « caravane » à travers les frontières, les femmes militantes veulent aller plus loin, notamment en partageant les résultats et le sens de cette action dans leurs sociétés respectives et au-delà des frontières de leurs pays. Ayant montré leur capacité à dépasser les frontières et à se confronter au passé, elles veulent se donner une plus grande visibilité, non pas en tant que victimes mais comme sujets politiques dans la sphère publique.
En leur qualité de femmes militantes, elles entendent contribuer, à travers ce projet, à rétablir des liens entres elles et avec les autres et à faire prendre conscience des processus de fragmentation à l’œuvre dans la région. Elles veulent prouver que transgresser les frontières, tant physiques que psychologiques et politiques, est non seulement possible, mais nécessaire. Elle agissent non en réaction aux réalités existantes, mais dans la perspective de nourrir des dynamiques constructives, avec le souci d’encourager toutes les initiatives allant dans le sens de leurs priorités.
A travers les onze organisations partenaires du projet [1], les « femmes de la caravane » s’engagent donc dans un programme de deux ans qui s’adresse à un large public de multiplicateurs d’opinion, à savoir les militants associatifs, les formateurs, les journalistes, les élus locaux, les étudiants, etc. En 2004, près de cinquante débats publics et une quarantaine de sessions de formation locales seront organisés dans les pays issus de l’ex-Yougoslavie et en Albanie, avec pour objectif de renforcer le rôle des femmes dans la société et d’inciter à la confrontation au passé récent.

***

Ces activités seront réalisées à l’aide de deux outils de diffusion que sont le livre Femmes des Balkans pour la paix et le film documentaire Les femmes des douze frontières, qui relatent chacun l’expérience de la caravane.

***

Pour plus d’information, voir le site Internet de Transeuropéennes

P.-S.

Transeuropéennes

Notes

[1Transeuropéennes, Groupe albanais des droits de l’homme, Centre pour la décontamination culturelle, Centre pour les femmes victimes de la guerre, Club des femmes Princess Ksenija, Institutum Studiorum Humanitatis, Kosova Action for Civic Initiatives, Fondation Open Society Institute - Macedonia, Pro Femina, Urban-in, Zene Zenama.

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter