Activités et rencontres du ROEG (2011)

L’Association Genre en Action a lancé en 2011 son projet de Réseau des Observatoires de l’Égalité de Genre (ROEG). Les premiers mois de mise en oeuvre ont permis un travail de fond sur l’identification d’observatoires membres et 2 rencontres internationales qui ont été l’occasion d’échanger autour de pratiques et d’expériences, une mise en réseau effective et appropriée Sud-Sud, et la réflexion sur des axes de travail en vue de réaliser une étude comparative internationale.

Le projet ROEG est novateur à plusieurs niveaux : tout d’abord, l’identité de ses membres (des associations, des ONG, des structures étatiques, des centres de recherche rattachés ou non aux universités...), la pluridisciplinarité des personnes ressources, et la diversité des zones géographiques concernées.

La richesse de ce réseau est aussi en partie l’explication de la complexité de trouver et créer des espaces de rencontres et d’échanges entre toutes les parties prenantes.

C’est pour cela que les activités se déroulent en partie virtuellement à travers des forums et par une liste de diffusion spécifique, voire d’autres outils choisis selon les besoins.

L’autre partie donne lieu à des rencontres physiques lors d’ateliers de travail et de formation, voire en marge d’autres événements ou colloques.
Les ateliers se positionnent comme un outil fort de promotion d’échanges d’expériences et de pratiques entre observatoires (Nord/Sud, Sud/Sud).

Mission exploratoire en Océan Indien

En octobre-novembre, la mission exploratoire effectuée par Genre en Action dans l’Océan Indien – Madagascar et Maurice – en collaboration avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), avait pour objectifs de :
-  Disposer de données fiables et validées par les parties prenantes sur l’évolution des relations de genre dans les îles de l’Océan Indien ;
-  Mener des actions de plaidoyer reposant sur des données et informations pertinentes, vérifiées et crédibles au niveau de chaque Île, et ainsi orienter les décisions à prendre et les actions à mener pour réduire les inégalités entre les sexes ;
-  Participer au renforcement des capacités institutionnelles des ONG de la région.

Cette mission a permis, d’une part, de rencontrer les ONG et associations travaillant pour la promotion et la défense des femmes, ainsi que les ministères, institutions internationales et autres acteurs œuvrant dans le domaine du genre.
D’autre part, cette mission a donné lieu à des réunions de travail avec les membres du Centre d’observation et de promotion du genre, SiMIRALENTA (stratégie de communication interne et externe, positionnement vis-à-vis des bailleurs, etc).

La rencontre avec les associations, ONG, personnes ressources au sein des ministères et organisations internationales, a été l’occasion d’échanger sur la situation actuelle des droits des femmes dans l’espace indien, des opportunités et enjeux actuels se jouant au niveau régional et national, les impacts de la crise économique et politique sur l’avancement des politiques et dispositifs en faveur des femmes, ainsi que d’entendre de la part de ces acteurs hétérogènes.

Cette mission a donc été l’opportunité d’identifier les forces et faiblesses contextuelles et géographiques, de confronter le diagnostic prévisionnel du ROEG aux réalités des îles de l’Océan Indien et de bénéficier de l’expertise et de l’expérience d’opérateurs-trices et de technicien-ne-s de terrain pour déterminer de la faisabilité et de la pertinence de la mise en place d’un réseau d’observatoires de l’égalité de genre dans l’espace régional.

Les recommandations retenues à la suite de cette mission portent sur :
-  la réalisation d’une base de données des acteurs, organisations, projets, initiatives, ressources œuvrant sur la question du genre permettant la capitalisation des expériences et compétences ;
-  l’identification des ressources matérielles et financières pour le renforcement des OSC et la pérennisation des projets ;
-  la formation du personnel et des technicien-ne-s des ministères et agences publiques ou semi-publiques ;
-  la diffusion au plus grand nombre de tous les textes, études, traités… sur le genre et les droits des femmes ;
-  la réalisation d’un état des lieux et une mise à jour régulière pour disposer de chiffres et de données actualisés sur l’évolution des droits humains.

La problématique de la disponibilité des données et de la mise en œuvre de planifications en découlant est un sérieux enjeu au niveau de l’espace de l’OI. L’Association Genre en Action, à travers le projet de Réseau des Observatoires de l’Égalité de Genre (ROEG), se propose de contribuer à mettre en place un dispositif de collecte, au renforcement des capacités des acteurs-trices institutionnels et des OSC et à la diffusion des bonnes pratiques, méthodes et techniques.

La réunion ROEG à Turin, en marge de l’Académie du Genre de l’OIT

Le deuxième temps fort de l’année 2011 pour le ROEG a été l’organisation d’une réunion ROEG avec des représentantes d’observatoires membres du ROEG.
Cette réunion s’est tenue en novembre à Turin (Italie), en marge de la première Académie du Genre organisée par l’Organisation Internationale du Travail (OIT) au sein de son Centre International de Formation.
Genre en Action, en partenariat avec l’OIT et le MAEE, a identifié des personnes membres du ROEG intéressées pour participer à l’Académie du Genre, a soutenu leur participation à l’Académie du Genre et leur déplacement de leur pays d’origine.

La réunion ROEG s’est déroulée avec la présence de représentantes du Sénégal, du Cameroun, de Burundi et de Madagascar. Les objectifs de la rencontre étaient les suivants :
-  Rencontrer les acteurs et membres du ROEG
-  Réaliser un état des lieux de l’existant : ce qui se fait par les observatoires, les difficultés rencontrées
-  Identifier les problématiques et les enjeux qui se recoupent selon les contextes
-  Capitaliser les processus, méthodologies et bonnes pratiques en vue d’un renforcement des capacités des membres.

La rencontre avec les partenaires a permis un réel échange de pratiques et d’expériences, une mise en réseau effective Sud-Sud, l’identification d’axes de travail en vue de réaliser une étude comparative internationale (problématiques communes, méthodologies transversalement adaptables aux contextes…).

Ce travail a été très important pour le ROEG : les membres présents ont défini une fiche d’identité de qu’est un observatoire, de ses missions, de ses objectifs, des relations interorganisations, etc. Ce premier jet est une base précieuse qui permettra de rallier les organisations autour d’enjeux communs et de responsabilités similaires.

***

Pour en savoir plus :

- Le film produit par l’OIT sur la Gender Academy (27 min) : ITC-ILO Gender Academy 2011
- Présentation de la Gender Academy 2011
- Lire le Rapport de la rencontre internationale du ROEG à Turin

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter