Afghanistan : l’opium au lieu des centres de santé

Selon une étude de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) en 2005, 120.000 afghanes consommeraient des drogues, sur une population de 25 millions de personnes. L’absence de centres de santé, des conditions de vie et de travail déplorables et l’insécurité alimentaire amènent les femmes à consommer l’opium, au détriment de leurs enfants.

L’Afghanistan a non seulement l’un des taux de mortalité infantile et maternelle les plus élevés au monde, mais aussi l’un des taux de fertilité les plus élevés d’Asie, selon les agences des Nations unies.

Les femmes utilisent l’opium comme antalgique, remède contre la fatigue et les douleurs physiques, mais aussi pour "travailler mieux", notamment dans l’industrie du tapis. Elles en donnent aussi à leurs enfants pour les calmer, afin de ne pas être dérangées dans leur travail. Une habitude qui a un effet dévastateur sur les enfants.

***

Pour consulter l’article :
IRIN - « L’opium soulage ma douleur et calme mes enfants »

Pour en savoir plus :
- Afghanistan : les femmes afghanes vues par Paula Lerner
- Afghanistan : Contre la barbarie des talibans infligée aux femmes
- Afghanistan : un record mondial de la mortalité maternelle qui laisse indifférent

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter