Appel à la mobilisation des femmes d’Afrique Centrale

Les organisations de femmes à l’assaut du XIVème Sommet de la Francophonie

« Pas de Sommet sans les femmes ». A quelques semaines du Sommet de la Francophonie à Kinshasa, les femmes de la région d’Afrique Centrale sont formelles et lancent un appel à la mobilisation pour une mise en oeuvre effective de la Déclaration de Luxembourg.

Les femmes d’Afrique Centrale à l’assaut du XIVème Sommet de la Francophonie

Le Centre Régional de Recherche et de Documentation sur les Femmes, le Genre et la Construction de la Paix dans la Région des Grands Lacs, soutenu par Genre en Action, lance un appel aux organisations de droits des femmes et de l’égalité de Genre dans les pays francophones d’Afrique Centrale.

Le XIVème Sommet de la Francophonie se tiendra du 12 au 14 octobre à Kinshasa (République Démocratique du Congo). Sans surprise, l’événement se présente beaucoup plus comme un Sommet sur « l’activité diplomatique et politique » que comme un outil de développement. C’est pourtant ce que souhaiterait la population des Grands Lacs et de l’Afrique Centrale plus globalement, confrontée à des conflits et de récurrents problèmes de développement dans lesquels les femmes et les jeunes filles payent le plus lourd tribut, victimes de violences sexuelles et de fortes discriminations.

A Luxembourg, en février 2000, la Conférence des femmes de la Francophonie a fixé les axes de la politique de la Francophonie en faveur des femmes sous le thème « Femmes, Pouvoir et Développement ». 12 ans plus tard, les organisations de la société civile des Grands Lacs veulent que le Sommet fasse le bilan de l’implication réelle et effective des femmes de l’Afrique Centrale dans la gouvernance de la région, que les responsables politiques expliquent pourquoi si peu d’efforts sont consentis pour que les femmes puissent pleinement jouir de leurs droits et participer à la prise de décision, à la démocratie, au développement économique et qu’ils prennent des engagements pour éradiquer la pauvreté, les discriminations et toutes les violences qui violent les droits des femmes.

Nous, les organisations de la Société Civile, avons obtenu de la Commission Scientifique et Culturelle de la Francophonie qui coordonne le Sommet à Kinshasa que des activités relatives aux femmes et au genre soient intégrées dans le programme :

  • Du 27 août au 30 septembre, des consultations sur les thèmes : Education et formation, Environnement et développement durable, Promotion de la croissance économique, Auto-prise en charge alimentaire, Paix et sécurité ;
  • 10 et 11 septembre 2012, une rencontre nationale des organisations des femmes de la RDC, sous l’égide de l’OIF (à confirmer) ;
  • 04 au 06 octobre 2012, une Table Ronde régionale organisée par la société civile avec pour thèmes : « Environnement et gouvernance mondiale : Rôle d’avant-garde des femmes d’Afrique Centrale Francophone » ;
  • A partir du 9 octobre, les femmes pourront exposer leurs productions (agricoles, artisanales) dans un « village » ;

Les activités sont au programme… mais les financements ne sont pas disponibles à ce jour. Cela ne nous fera pas reculer !

Les Consultations nationales et la Table Ronde sont les deux processus les plus importants. Les consultations donneront le signal d’un plaidoyer fort et renouvelé aux niveaux national et régional pour la mise en œuvre de la Déclaration de Luxembourg.

  • Du 27 aout au 30 septembre, nous encourageons les organisations et femmes leaders de toute l’Afrique Centrale à s’organiser pour échanger leurs expériences et leurs bonnes pratiques en matière de lutte contre les discriminations et constituer un cahier de charge national.
  • Du 4 au 6 octobre 2012, nous invitons les pays à envoyer une délégation à Kinshasa, pour participer à la Table Ronde régionale. Le nombre de déléguées (3 à 5 par pays) dépendra des financements. Ceux-ci sont à mobiliser au niveau de chaque pays (en RDC, par exemple, nous venons d’obtenir l’accord de principe pour la prise en charge des femmes venant aux consultations nationales. Le plaidoyer continue au niveau du PNUD, MONUSCO et de l’Union Africaine). En parallèle, nous continuons à plaider pour que la Coordination de Francophonie en RDC apporte son soutien au déplacement des femmes de la région. Si des pays ne peuvent être représentés à la Table Ronde, leur cahier des charges sera pris en compte et inclus dans les recommandations harmonisées.

Lors de la Table Ronde, les délégations définiront un mécanisme pour faire remonter le cahier des charges jusqu’au Sommet, mais aussi jusqu’aux gouvernements nationaux et autres instances régionales.
Comment nous contacter ?

Le Centre Régional de Recherche et de Documentation sur les Femmes, le Genre et la Construction de la Paix dans la Région des Grands Lacs, avec le soutien de Genre en Action, coordonne les activités de la société civile, en collaboration avec la Ministère du Genre (RDC) et des commissions ad hoc.

Annie Matundu Mbambi
Point focal de la Société Civile au Centre Régional de Kinshasa
femmesgrandslacs chez genreenaction.net

Georgette Biebie
Chargée de Recherche au Centre Régional de Kinshasa
zotiebiebie chez yahoo.fr

Odimba Catherine
Point Focal UNESCO au Centre Régional de Kinshasa
odicatho chez gmail.com

Merci de faire suivre cet appel dans vos réseaux locaux, nationaux et régionaux

Appel à la mobilisation

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter