"Au Nord-Kivu, l’impunité favorise la banalisation des viols"

Un rapport d’Amnesty International, tire la sonnette d’alarme au sujet des violences faites aux femmes du Nord-Kivu, chiffres et témoignages recueillis, édifiants. Et Amnesty rappelle que le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné à l’unanimité le viol utilisé comme arme de guerre, dans la résolution 1820 en juin dernier. En vain.

« Il s’agit de viols individuels et collectifs par des soldats ou des rebelles, d’hommes menacés et obligés de violer des femmes, parfois en public, dans des villages, sous les yeux des enfants. Ou encore d’enlèvements qui conduisent des femmes et des enfants tout droit à l’esclavage sexuel, au beau milieu de la forêt. Les séquelles sont très graves. Physiques d’abord : certaines femmes ont l’appareil génital détruit, notamment parce qu’on a utilisé des armes pour les violer, d’autres sont contaminées par le VIH. Et puis psychologiques : ces hommes violent en toute impunité et, même s’ils sont ponctuellement punis, leurs victimes peuvent les croiser de nouveau dans les villages.

Rapport d’Amnesty International

Trouver en pièce jointe le bulletin n°3 complet du Collectif pour le soutien à l’Appel des femmes du Kivu pour la Paix.

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter