Au carrefour de la violence

La lutte pour les droits des femmes s’affronte toujours à des obstacles considérables. Les mouvements réunis à Cape Town ont constaté une augmentation de la violence contre les femmes. Ils doivent définir une nouvelle « grande revendication » pour avancer sur cette question de la violence. Le forum d’Awid en propose une : Engagement de tous les mouvements féminins pour qu’il y ait une action collective auprès des gouvernants afin qu’il y ait une mise en application des lois, spécialement celles relatives aux cas des violences contre les femmes.

La violence faite aux femmes existe partout dans le monde. Elle est l’expression d’une conception des rapports où l’homme domine la femme. Les femmes sont tous les jours les cibles d’interpellations, de harcèlement, d’agressions verbales, physiques ou sexuelles plus ou moins graves, plus ou moins violentes, à des degrés divers, au travail, dans l’espace public et privé. Certains de ces actes sont souvent considérés comme mineurs. Pendant les conflits armés, ils dépassent tout entendement.
Même quand elle dure depuis longtemps, cette violence n’est pas prise en compte parce que, socialement, dans sa relation de couple, une femme se doit d’être endurante. Cette idée de la nécessaire endurance, la femme elle-même l’intègre, parfois jusqu’au jour où elle en meurt. La violence, quelle que soit sa forme, est une violation des droits humains. Les femmes y sont les plus vulnérables tout comme elles sont victimes de nombreuses formes d’exploitation.
Ces quinze dernières années, les mouvements de femmes ont fait du lobbying pour que la violence à l’égard des femmes soit considérée dans le cadre des droits humains. Les associations présentes au forum ont pu croiser leurs regards sur la situation dans différents pays. Elles partagent très largement l’opinion qu’il est central d’augmenter la prise de conscience que la question de la violence faite aux femmes et aux filles est très sérieuse.
Action collective
La multiplication des actions entreprises dans le monde entier a permis de mieux faire connaître ce problème crucial. Au moment où le monde s’apprête à célébrer le 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, ces actions et contributions ont renforcé les agendas féministes face aux enjeux, sans précédent, que pose la question des droits des femmes.
Le mouvement des femmes se trouve aujourd’hui à un carrefour. Il doit définir une nouvelle « grande revendication » pour avancer sur cette question de la violence. Le forum d’Awid en propose une : Engagement de tous les mouvements féminins pour qu’il y ait une action collective auprès des gouvernants afin qu’il y ait une mise en application des lois, spécialement celles relatives aux cas des violences contre les femmes.
Tout le monde reconnaît aujourd’hui que les droits des femmes sont également des droits humains, quel que soit le pays, la langue, la culture, l’identité et la pensée politique. Les mouvements de femmes doivent inventer de nouvelles manières de partager leurs expériences, de s’organiser tout en préservant les enseignements de leur longue et riche histoire. Il est important de créer des espaces pour les débats politiques portant sur la construction d’un pouvoir collectif en faveur des droits des femmes.

Annie Matundu-Mbambi - WILPF – République démocratique du Congo

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter