Aucune protection pour les défenseures des droits des femmes au Népal

Quand le Parti communiste népalais maoïste a remporté les élections le 10 avril 2008, devenant le parti disposant du plus grand nombre de sièges au sein de l’Assemblée constituante du pays, il a pris l’engagement d’apporter des améliorations sur le terrain des droits des femmes, notamment en protégeant les défenseures de ces droits. Un an plus tard, très peu de choses ont changé.

Une délégation d’Amnesty International a effectué une mission au Népal en novembre 2008 et s’est entretenue avec un vaste échantillon de femmes défenseures des droits humains, qu’elles soient hindoues, musulmanes, appartiennent à des groupes marginalisés comme les dalits, les janajatis, ou militent pour les droits des Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres. Ces militantes ont fait le récit de leurs difficultés, de leurs combats et de leurs espoirs dans le cadre de leur action en faveur des droits humains.

Des militantes pour les droits des femmes ont confié à Amnesty International qu’en osant s’élever contre la prévalence de la violence domestique, des meurtres liés à la dot et de la violence sexuelle, elles s’exposaient aux manœuvres d’intimidation, aux menaces et même à la mort. Dans de nombreux cas, les défenseures des droits humains sont rejetées par leur famille pour avoir milité en faveur des droits des femmes et protesté contre la discrimination dont les femmes font l’objet.

L’expérience de chacune d’entre elles était unique ; les différences relevées dépendaient notamment de la zone où elles opéraient. Celles qui, à Katmandou, la capitale, cherchent à inciter les autorités à adopter les mesures qui s’imposent, se trouvent aux prises avec une société patriarcale qui considère les femmes comme des citoyens de seconde zone. Une société qui n’a pas encore élaboré de loi d’habilitation pour que les droits des femmes soient considérés comme des droits humains. Une militante a affirmé que « même les défenseurs des droits humains ne semblent pas prendre les droits des femmes au sérieux. »

***

Source : AWID

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter