Bulletin Janvier 2013 : Une année porte-bonheur ?

Déjà 15 jours passés pour l’année 2013. Une année qui pointe à l’horizon avec des actions d’envergure contre les violences faites aux femmes. Du « Pain et des Roses », comme dirait le refrain de la chanson des femmes du 8 mars, c’est l’espoir d’avoir une approche globale de la paix et du développement.

Il suffit d’observer le calendrier 2013 pour s’en convaincre, la notion de la paix va être taillée sur mesure. Le début de l’année s’annonce solidaire à travers les préparatifs pour mettre en place une équipe de Dialogue des Femmes de Paix pour la République Démocratique du Congo, qui mènera des plaidoyers auprès de tous les acteurs impliqués dans les conflits des pays des Grands Lacs. La Commission sur le Statut de la Femme, qui se tiendra en mars prochain à New York, avec pour thème prioritaire : « Élimination et prévention de toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles ». Les organisations féminines congolaises développeront des actions de synergie à travers leur participation aux différents panels. Peut-être également le Sommet International Francophone sur les violences faites aux femmes annoncé par François Hollande, lors de la Francophonie en octobre 2012 à Kinshasa ? Imbroglio en imbroglio, discriminées en discriminations, les choses doivent changer. Mais comment créer un rapport de force pour permettre à la balance de se pencher vers l’égalité de genre ? Tant de problèmes à prendre en compte et qui cherchent des solutions tels que l’éducation, les inégalités dans les salaires, les violences de toutes formes, l’environnement, l’économie, la santé de la reproduction, etc.

Tout est violence, rien que violence à l’égard des femmes. Si c’est pour continuer à vivre les violences, que ce soit en Afghanistan, en Egypte, en Irak, en Egypte, au Mali, en Inde, en République Centrafrique, en République Démocratique du Congo ou ailleurs, dans ce cas, 2013 pourrait être une année porte-bonheur car elle doit apporter un tant soit peu de paix et de stabilité. Partout où il y a des conflits, la solidarité pour la paix doit être notre leitmotiv. C’est un défi que les femmes activistes, militantes et féministes doivent relever. Il nous faut proposer des stratégies et renforcer les actions de luttes contre les conflits, les violences domestiques, les inégalités salariales, économiques, politiques, culturelles, la santé reproductive et religieuse. Quel pourrait être le rôle des groupes de femmes et d’autres acteurs de la société civile, tant à l’échelon national qu’international, dans le développement de moyens non-violents pour lutter et vaincre la violence ?

Luttons pour qu’il n’y ait plus de génocide et plus de tsunami sexuel. Nous espérons que le calendrier de 2013 sur l’élimination des violences faites aux femmes établira des liens solides et solidaires entre les femmes et les hommes et remportera le challenge de non–violence. Sans oublier que Genre en Action fêtera ses 10 ans d’existence tout au long de 2013. Ensemble, bien sûr, nous allons travailler pour apporter notre petite pierre à l’édifice de la paix et du respect des femmes même si nous savons d’emblée que ce ne sera pas simple, du tout.

La Colombe apportera–t-elle le message de la paix ? Mais qui a dit « Sans femmes, pas de paix », En tout cas, 2013 doit être une année de non-violence à l’égard de toutes et tous.

Annie Matundu Mbambi

Trésorière-Adjointe de l’Association Genre en Action

Présidente de WILPF/RDC

Vice-Présidente de l’AFEBAF

***

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter