Bulletin janvier 2006 : Les zones d’ombre de la couverture médiatique

A trois jours du début du colloque « Genre et développement : quels enjeux pour la formation ? », le sprint final est entamé et le temps à consacrer à ce bulletin très limité. Nous avons reçu beaucoup plus d’inscriptions pour ce colloque que prévu, ce qui est encourageant, mais qui nous met aussi dans l’embarras d’être peut-être obligé de refuser l’entrée à certains qui se sont inscrits tardivement (sécurité oblige). Les communications seront rapidement disponibles sur le site de Genre en Action.

L’actualité est riche ces jours-ci, on a beaucoup parlé de ces « femmes à la conquête du pouvoir », avec des commentaires variables autour de cette idée qu’elles apporteraient un espoir de changement et de renouveau. Quelles soient des « femmes de pouvoirs » (à titre d’exemple, l’étiquette « dame de fer » qui appartenait à Margaret Thatcher a été attribué à Ellen Johnson-Sirleaf du Libéria) ou des agents d’une féminisation du pouvoir signe de progrès, elles n’auront pas droit à l’erreur, les medias les guettent… la crainte des interprétation sexistes (du style, si elle réussit, c’est parce que son programme est bon, mais si elle échoue, c’est parce qu’elle est une femme…) demande une vigilance particulier.

Mais il y a aussi celles dont on ne parle pas, qui sont les oubliées des Unes des media. Je pense en ce moment surtout aux femmes palestiniennes qui vivent la récente victoire électorale du Hamas comme une menace sérieuse. Car pendant que les projecteurs sont sur l’attitude du Hamas à l’égard d’Israël, les media ne pensent guère à la partie du programme électoral du Hamas qui concerne la société palestinienne et plus particulièrement les femmes.

Sans en être une spécialiste, les informations que j’ai pu obtenir à cet égard sont très alarmantes. Il semble que le Hamas prône une législation sur la base de la Charria et qu’il défend la « saine base familiale » qui n’est autre chose que la famille patriarcale dans sa forme la plus oppressante pour la femme. Une des rares femmes élues du Hamas, Meriem Farhat, candidate dans la Bande de Gaza, avait d’ailleurs indiqué lors de la campagne qu’une des premières lois qu’elle proposerait au parlement serait de rendre le voile obligatoire.

Bien entendu, les programmes électoraux ne sont rarement appliqués tels quels, mais on peut se baser sur l’hypothèse que les militants du Hamas adhèrent à ce programme. Par ailleurs, il est probable que bien des électeurs ont surtout voulu sanctionner le Fatah, et protester contre la misère, le chômage et la pauvreté, sans parler de la lassitude face à un « processus de paix » qui n’est, pour la population palestinienne qu’une continuation de l’occupation, des incursions militaires, des contrôles aux check-points, etc.

Néanmoins, la situation est très dangereuse, une évolution négative des rapports de genre est fortement à craindre. Rendons-nous à l’évidence, les media risquent de ne pas jouer leur rôle de veille à cet égard, l’opinion publique internationales et les grandes puissances occidentales risquent de ne pas faire pression contre une telle détérioration de la situation des femmes palestiniennes.

A notre toute petite échelle, nous pouvons utiliser le réseau pour faire circuler des informations sur les réalités qui vivent les palestiniennes, maintenant et dans l’avenir. Merci de me transmettre des textes sur ce sujet un peu trop oublié…

Bonne lecture des nouveautés sur le site listées ci-dessous !

Solidairement

Elisabeth Hofmann

(coordinatrice)

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter