Bulletin novembre 2009 : 7 ans de réflexions et d’actions

Après 7 ans d’existence, le réseau Genre en Action prend de la vitesse. Non pas que nous ayons piétiné jusqu’alors, bien au contraire. Depuis 2003, grâce en particulier au soutien financier du ministère français des affaires étrangères et à l’appui de l’OIF, cette « entreprise » collective et militante qu’est le réseau a réussi à enclencher une belle dynamique parmi les francophones engagé-e-s dans les luttes pour les droits des femmes et l’égalité entre les sexes.

Il y a eu des tâtonnements, des pas en avant puis en arrière, des francs succès, des erreurs. Normal. Aujourd’hui, le site internet reçoit en moyenne environ 1100 visites par jours, les articles référencés sont en tête des moteurs de recherche sur le genre en français, plus de 3000 personnes reçoivent le bulletin mensuel. Le réseau a organisé 3 colloques internationaux, a publié 9 bulletins thématiques, a permis à ses membres de participer à des publications nationales et internationales et à des rencontres internationales jusqu’alors à domination anglophone etc. Mais c’est surtout dans l’ombre que s’est effectuée la plus grosse partie du travail : l’alimentation du site évidemment, mais aussi la mise en relation de centaines de personnes, la circulation ciblée de renseignements pratiques ou d’éléments bibliographiques, la prise de contact avec des organisations dans et hors de la zone francophone, l’animation par la coordinatrice et des membres de rencontres et de formations, la sensibilisation et la mobilisation au quotidien de nouveaux acteurs, notamment des jeunes militantes etc. En retour, vous êtes nombreuses, régulièrement, à vous manifester auprès de la coordination du réseau pour remercier pour telle ou telle information ou mise en relation, commenter les éditoriaux, envoyer des textes, des outils, réagir dans les forums etc. De plus en plus nombreuses aussi à rechercher des coopérations entre membres pour profiter de et alimenter la dynamique du réseau.

Jusqu’à présent, le réseau a été animé par une coordinatrice à mi-temps et son assistante, un conseil d’orientation informel et des membres volontaires dans différents pays. Face à l’ampleur des chantiers à entreprendre, aux attentes de plus en plus précises des membres et aux demandes des partenaires institutionnels, l’heure est venue de doter le réseau d’une identité juridique, de structurer l’informel pour mieux servir la maturité du réseau, de mettre en place une gouvernance efficace reposant sur des membres élu-e-s, des groupes de travail etc.

Comment mieux réfléchir et agir ensemble ? Comment permettre à celles et ceux qui souhaitent jouer un rôle ouvertement plus actif de le faire ? Comment mettre en œuvre une gouvernance qui permette de mieux repérer les enjeux de genre auxquels les membres doivent faire face et, surtout, de mieux y répondre ? Comment assurer la pérennité du réseau en diversifiant ses sources de financement ? Comment intensifier et mesurer, ensemble, les contributions du réseau auprès de vos organisations, dans leur diversité organisationnelle, géographique et thématique ? Toutes ces questions vous ont été posées en début d’année et vous avez été nombreux-ses à y répondre. Vos contributions ont servi à modeler l’association Genre en Action créée officiellement le 19 novembre à l’Ile Maurice, dans la foulée du colloque « Genre et gouvernance » qui s’y est tenu du 17 au 19 novembre.

L’association Genre en Action ne remplace pas le réseau. Elle en sera le moteur légal, administratif et financier d’une part, et le moteur opérationnel d’autre part. En s’appuyant sur un Conseil d’Administration de 15 personnes – 7 en France et 8 en Afrique – et un bureau de 6 personnes – 50% nord/sud - l’association a pour ambition de mettre en œuvre des stratégies pour que vive et se développe le réseau ; pour qu’il demeure un outil pertinent et collectif, avec des objectifs précis pensés à voix et voies multiples, un rassemblement multi-acteurs concerté mais libre de ses mouvements ; pour qu’il ne devienne pas un simple instrument technique mais s’affirme comme un instrument politique au service de celles et ceux qui l’investiront. L’enjeu central pour l’association sera d’intensifier la dynamique entre les membres du réseau, d’animer sans anémier, d’accompagner sans diriger, de faire avec et non pour, d’être un lien et un liant, à la fois force de propositions et passeur d’idées.

Afin d’être efficace, il est prévu que l’association limite le nombre de ses membres à une trentaine d’organisations dans un premier temps. En tant que « simple » membre du réseau, l’existence de l’association va permettre d’ouvrir de nouveaux espaces d’expression et d’actions que nous vous invitons d’ores et déjà à investir.

En tant que présidente élue de l’association Genre en Action, et au nom de tout le bureau, je vous remercie de l’appui – quel qu’il soit - que vous avez déjà apporté au réseau et de celui que vous allez lui apporter dans le futur.

J’écris ce message aujourd’hui 1 décembre, journée mondiale du sida, quelques jours seulement après la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, à moins de deux semaines de la journée internationale des droits de l’Homme et du Sommet de Copenhague sur le changement climatique, de la conférence des Nations Unies sur la crise et son impact sur le développement … et bien sûr à quelques mois du bilan de Beijing + 15 et des 30 ans de la CEDEF. Ces dates sont déjà des pistes, des rendez-vous à ne pas manquer pour faire avancer les objectifs qui sont les nôtres.

Pour le bureau de l’association Genre en Action

Claudy Vouhé

***

Vous trouverez sur le site les statuts et le règlement intérieur, les noms des membres de l’association, du CA et du bureau ainsi que le compte rendu de l’assemble générale constitutive.

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter