Contre les "crimes d’honneur", une lutte pour la liberté des femmes

Les "crimes d’honneur" sont des violences toutes particulières à l’encontre des femmes, au nom d’une soit disant atteinte à l’honneur de la famille. Selon l’ONU, ce sont ainsi environ 5.000 femmes et fillettes qui meurent ou sont mutilées chaque année, pour sauver l’honneur et laver dans le sang ce que considèrent la famille et la communauté comme une offense. La Campagne Internationale contre les "crimes d’honneur" (ICAHK) a pour but de dénoncer ces violences tout en développant des liens et en permettant des échanges d’informations pour l’émergence d’une solidarité internationale entre militant(e)s de différentes régions du monde contre les violences commises « au nom de l’honneur ». Retour sur des brutalités impunies.

"Notre honneur : lutter pour la liberté des femmes" (ICAHK)

Les crimes dits "d’honneur" sont parmi les pires infamies commises contre des femmes dans le monde.

Les prétextes pour assassiner des jeunes filles, parfois aussi jeunes que 12 ans, ainsi que des femmes qui ne se soumettent pas au totalitarisme des pères, frères, maris, neveux, fils, beaux-frères ou autres hommes, montrent à quel point l’humanité a encore un long chemin à parcourir.

Aujourd’hui le Vatican et ses évêques excommunient, propagent des sornettes sur le sida, l’avortement et les femmes, et d’autres torturent et tuent pour affirmer leur pouvoir.

À l’autre extrême, des proxénètes et des prostitueurs exercent le même pouvoir en vendant et achetant des femmes et des rapports sexuels comme de la marchandise.

Dans tous les cas, des hommes prétendent avoir le droit de contrôler le corps des femmes. Ils exercent ce qu’ils existent un droit de propriété. Seules les méthodes de contrôle se sont modifiées depuis des millénaires, mais le résultat est le même : des femmes sous tutelle.

Partout dans le monde, et même dans les pays occidentaux qui regardent ailleurs quand des femmes sont assassinées, ce pouvoir de vie et de mort sur des êtres de sexe féminin est entretenu et soutenu par des dirigeants religieux et civils. Il semble pourtant laisser les organismes internationaux de défense des droits de la personne complètement impuissants.

Par Micheline Carrier

***

Pour lire l’article dans son intégralité : Sisyphe, "Notre honneur : lutter pour la liberté des femmes" (ICAHK)


Pour en savoir plus
 :La Campagne Internationale contre les "crimes d’honneur"


Pour en savoir plus
 : Amnesty International, les crimes d’honneur

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter