Création du Collectif pour le soutien à l’Appel des Femmes du KIVU pour la paix

SOUTENONS NOS SŒURS !
Création officielle le 5 décembre 2008
du Collectif pour le soutien à l’Appel
des Femmes du KIVU pour la paix.

Le contexte

La RDC est un immense pays, presque 5 fois plus grand que la France, que les géologues considèrent volontiers comme un scandale géologique au point de vue sol et sous-sol.

La région du KIVU à l’Est de la RDC à comme voisins le Rwanda, le Burundi et l’Ouganda. C’est une région qui regorge de ressources minières (or, cassitérite, tantale…..) C’est aussi une région qui attire les appétits de ses voisins et du monde. Et c’est à cause de ces richesses tant convoitées par les voisins et les multinationales, ainsi que la mauvaise gouvernance du pays que ce sont formés les différents foyers des guerres cachées à l’opinion publique internationale dont le but est de balkaniser la RDC par tous les moyens au profit de ces voisins avec l’appui et la complicité de la communauté internationale.

En 1994, suite au décès du président rwandais hutu Habiarymana par un accident d’avion et du génocide qui s’ensuivit, un million de Hutus fuient les Tutsis arrivés ensuite au pouvoir à Kigali la capitale rwandaise. A la demande de la France (opération turquoise) le Zaïre accepte d’accueillir ces réfugiés dans son territoire dans la région du KIVU. Parmi ces réfugiés, il y avait des milices génocidaires installés au Kivu, qui se préparaient pour aller conquérir Kigali. Il s’est créer des groupes d’armée de part et d’autre de la frontière congolaise qui terrorisent la population civile locale dont le redoutable Nkunda Batware qui opère à toute impunité avec la complicité du président rwandais Kagame et la bénédiction des multinationales.

Ces guerres cachées et humiliantes à l’Est de RDC durent depuis 1996, elles provoquent des souffrances atroces ainsi que des déplacements successifs et massifs des populations civiles locales innocentes. Elles ont fait près de 6 millions de morts créant ainsi un génocide silencieux sans précédent dans l’histoire de l’humanité et dans l’indifférence totale de la communauté internationale.

Ce sont les enfants et surtout les femmes, les filles et les fillettes de tout âge, qui payent la grosse facture, des violences sexuelles abominables utilisées comme arme de guerre gratuite par leurs bourreaux provoquent des traumatismes et des séquelles à vie pour les victimes.Un fémicide systématique, dégradant, odieux, silencieux et programmé est installé dans la région du KIVU au vu de tous et dans le mépris total. Dans quel but peut-on ainsi attaquer à la source de la vie qui est la femme ?

Les femmes congolaises se mobilisent....

Les femmes du KIVU en ont assez de ces guerres monstrueuses, interminables, cachées à l’opinion publique internationale et qui ne les concernent pas. Elles appellent cette même opinion publique internationale à faire cesser ces conflits, comme elle a déjà fait plusieurs fois ailleurs et dans le passé. Ces femmes ne demandent que la paix pour qu’elles retournent chez elles en toute sécurité.

En septembre 2008, nous avons relancé notre organisation de soutien à l’appel des femmes du Kivu pour la paix, sans penser qu’au mois de novembre, il va y avoir dans la même région, un génocide ouvert et non condamné par la communauté internationale et que la presse va enfin parler de la situation catastrophique cachée à l’opinion publique internationale depuis plus de 10 ans.

Et sont soutenues par le collectif de soutien à l’Appel des femmes du Kivu

C’est pourquoi nous souhaitons créer ce collectif officiel de soutien à l’appel des femmes du KIVU pour la paix, car notre lutte risque d’être longue et nous avons besoin de toutes vos énergies pour que l’opinion publique internationale connaisse, dénonce et fasse cesser ces guerres insupportables qui sévissent en cachette à l’Est de la RDC tout en conservant l’intégrité de ce pays.

Pour cela, le collectif devra

==> faire savoir ce qui se passe au KIVU et les souffrances infligées aux populations civiles notamment aux enfants soldats et aux femmes victimes de viols systématiques et considérés comme de véritables armes de guerre.

==> au-delà de l’émotion soulevée, expliquer les causes de ces conflits dits abusivement ethniques mais qui sont des guerres économiques pour s’emparer des richesses minières de la région et commencer une balkanisation de la RDC au bénéfice des grandes puissances, de leurs multinationales et de certains voisins comme le RWANDA.

==> sachant que la résolution d’un problème de cette nature ne nous appartient pas et relève d’une volonté politique des puissances au conflit ainsi que des instances internationales dont au premier chef l’ONU, interpeller ces responsables en participant à la mobilisation de l’opinion publique internationale.

==> prévoir l’organisation de nombreuses activités de nature diverses dont les prochaines seront : le 10 décembre : conférence de presse à la MIR pour annoncer la création du Collectif - le 12 décembre : stand à la Soirée du 60ème Anniversaire de la DUDH à la Halle Martenot. Ultérieurement des interventions dans les quartiers de Rennes en préparant la semaine de la Femme à Rennes avec des interventions à la MIR le 4 mars de Jean-Paul Mopo Kobanda ( « Les crimes économiques dans les Grands Lacs africains » aux Editions MENAIBUC 2006) et à l’UAIR le 11 mars de Colette Braeckmann (journaliste au Soir de Bruxelles).

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter