Déclaration sur l’élimination des violences sexuelles en RDC

En République Démocratique du Congo, les « acteurs politiques toutes tendances confondues, membres du Comité de pilotage de NDI (Institut national pour la démocratie), les 11 candidats à l’élection présidentielle de 2011, et des organisations de la société civile réunis le 1er novembre 2011 à Kinshasa », se sont engagés à dénoncer toutes formes des violences faites aux femmes en signant une déclaration visant l’élimination des violences sexuelles dans le pays.

Les signataires de la déclaration se sont engagés solennellement à :

_ « 1. Soutenir tous les efforts pour éliminer les violences sexuelles en République Démocratique du Congo ;
2. Organiser une conférence internationale sur la question des violences sexuelles qui rassemblera les acteurs nationaux, régionaux et internationaux ;
3. Soutenir les initiatives régionales avec les pays voisins afin d’obtenir une déclaration commune et d’envisager des actions concrètes pour éliminer les violations des droits humains général et les violences sexuelles en particulier ;
4. Demander des efforts exceptionnelles pour s’attaquer aussi aux causes des violences sexuelles notamment : l’insécurité, l’exploitation illicite des ressources naturelles en RDC, la présence des groupes armées, ainsi que l’absence des institutions de bonne gouvernance à la base ;
5. Exiger la fin de l’impunité et traduire en justice tous les présumés auteurs de ces violences, en particulier soutenir la création d’une instance judiciaire spécialisée pour poursuivre et juger ces présumés auteurs des violences sexuelles et autres des graves crimes internationaux perpétrés en RDC depuis 1990 ;
6. Obtenir l’encadrement, la réintégration, la réparation et une prise en charge psychosociale des victimes de violences sexuelles ainsi que des enfants issus de viol dans leur milieu respectif ;
7. Exiger la mise en application effective des résolutions 1325 et 1820 du Conseil de sécurité des Nations Unies, relative à l’implication des femmes sur les questions de paix, de sécurité et de la lutte contre l’impunité.

Enfin, nous, signataires de la présente déclaration, lançons un appel à toutes les parties impliquées dans le processus électoral en cours et à l’ensemble de la population congolaise, de s’approprier de cette Déclaration et d’œuvrer pour des élections libres, démocratiques, transparentes et apaisées dans notre pays. »

Stéphane Etinga, du « Congo Hebdo » rappelle que les violences sexuelles sont utilisées dans de nombreuses régions de RDC comme arme de guerre et cela depuis des décennies. Des groupes rebelles opèrent encore dans la partie Est du pays et des cas de viols se comptent par milliers aussi bien au Nord-Kivu, au Sud-Kivu, au Maniema ou encore en Province Orientale avec les rebelles de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA).

L’opinion nationale et internationale, révoltée contre ce fléau, soutient les efforts du gouvernement et s’implique pour mettre les auteurs des violences sexuelles hors d’état de nuire. Mais l’action de tous s’impose notamment pour neutraliser les groupes rebelles nationaux et étrangers qui opèrent dans le pays.

***

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter et télécharger la déclaration sur l’élimination des violences sexuelles en RDC

***

Source : Rofaf

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter