De l’exclusion à la résistance : femmes, travail et classe (Maroc)

Dans le cadre de ses études de recherche en Anthropologie sociale à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) de Paris (France), Meriem Rodary a effectué sa thèse intitulée "De l’exclusion à la résistance : femmes, travail et classe à partir du cas de Neggafat et Neqasshat à Siddi Youssef Ben’Ali (Marrakesh)". Meriem Rodary nous propose ici un résumé de son travail de recherche.

Plan du résumé :
Prélude : Une ethnologue au Maroc. Réflexions sur le rapport au terrain.

- 1e partie : Autopsie d’une exclusion : domination et résistance des classes populaires dans la société marocaine.
Chapitre I : Bnât Sidi Yûsf : histoire d’un « quartier populaire » ou la production de l’exclusion urbaine au Maroc.
Chapitre II : Des activités « traditionnelles » ? Domination culturelle et résistances à travers le « mariage marocain ».

- 2e partie : Des activités féminines populaires : une perspective historique et sociale.
Chapitre III : Femmes, travail et classe dans l’histoire du Maroc : du discours à la réalité.
Chapitre IV : Des activités dans leur siècle : de la colonisation au capitalisme mondialisé, la précarisation des femmes des classes populaires.

- 3e partie : Des stratégies de résistance localisées : sexualité et sociabilité féminines en milieu populaire.
Chapitre V : Des « femmes libres » : entre subordination de la sexualité féminine et pratiques de résistance.
Chapitre VI : Réseaux et modes de sociabilité des femmes populaires : des outils d’empowerment.

***

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter et télécharger : le résumé de la thèse de Meriem Rodary

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter