Egalité des Sexes et Développement : Concepts et Terminologie

Un compte rendu d’une publication de l’Agence Intergouvernementale de la Francophonie dont l’objectif principal est de proposer une terminologie française commune en matière d’égalité hommes-femmes et des droits des femmes.
(photo : Régis Delbru)

Egalité des Sexes et Développement : Concepts et Terminologie

Une publication de l’Agence Intergouvernementale de la Francophonie.

Lu par Massan d’ALMEIDA

Le principal objectif du document est de proposer une terminologie française commune en matière d’égalité hommes-femmes et des droits des femmes. A cet effet, il met à la portée des francophones les principales notions et informations en matière d’égalité des sexes en définissant et illustrant les principaux concepts utilisés dans les champs. Il propose en outre des équivalents terminologiques français aux termes anglo-saxons les plus répandus et fournit une liste de sites dévolus à la question. Il offre également l’opportunité de se familiariser avec la problématique du genre et de s’initier à la réflexion sur les questions s’y afférant. Le document se subdivise en trois parties et offre en annexe les règles de féminisation.

I/ ÉGALITÉ DES SEXES ET FRANCOPHONIE

Cette première partie présente un survol historique des préoccupations du mouvement féministe (caractère androcentré de l’histoire et nature commune du sort réservé aux femmes partout et en tout temps, entraînant des attitudes dépréciatives voire méprisantes à leur endroit du fait de leur différence biologique) et une analyse de la lente émergence des femmes sur la scène sociale et politique : une émancipation féminine qui, à chaque fois, s’est réalisée à travers des remises en questions des schémas sociaux et des modes de pensée bien établis.

II/ CONCEPTS ET OUTILS POUR UNE ÉGALITÉ ENTRE FEMMES ET HOMMES
La deuxième partie qui constitue le coeur de l’ouvrage, vise l’articulation du concept d’égalité entre les sexes à la problématique du développement durable, car ce n’est plus à démontrer qu’un tel développement n’est plus concevable sans une véritable reconnaissance des capacités et un partenariat réel de toutes les parties d’une population : hommes et femmes, jeunes et vieux.

Dans cette perspective, le Document propose des définitions d’une centaine de concepts clés, dont voici quelques-unes :

Androcentrisme : Système idéologique prenant comme référent et norme l’être humain masculin. Renvoie aux expressions anglo-saxonnes Male Centered ou Male Oriented.

Analyse différenciée selon les sexes : Traitement de la variable sexuelle construite socialement permettant de prendre en compte les femmes et les hommes. On parle aussi d’analyse selon le genre ou d’analyse comparative selon les sexes. Cette analyse est indispensable pour une approche intégrée. Renvoie à l’expression anglo-saxonne Gender Analysis.

Approche intégrée : Systématisation de la prise en compte du genre ou d’intégration de la dimension de genre à toute forme de démarche, de politique ou de programme. Polarisation sur l’objectif d’égalité entre les femmes et les hommes plutôt que sur les femmes en tant que groupe ciblé.
Renvoie à l’expression anglo-saxonne Mainstreaming.

Autonomie : Le pouvoir, le droit de contrôler sa vie, de fonctionner de façon indépendante. Le terme est proposé par certains en lieu et place d’empouvoirement et on parle alors de l’autonomisation des femmes.

Droits humains : Ensemble des droits naturels, politiques et sociaux de tout être humain. Renvoie à l’expression anglo-saxonne Human Rights. On parle de Droits humains ou Droits de la personne pour les droits des deux sexes.

Empouvoirement : Action de donner ou redonner du pouvoir politique et la capacité d’action à des groupes sociaux minoritaires ou minorisés. On parle aussi de renforcement du pouvoir des femmes. Renvoie à l’expression anglo-saxonne Empowerment.

Développement durable : Le Développement durale implique de nombreux processus culturels économiques, politiques et sociaux. Il implique également la démocratisation des Etats, la modernisation des modes de vie et des rapports sociaux - on parle alors de développement et genre -, et la croissance économique. Il est aujourd’hui associé aux femmes car, d’une part elles ont été longtemps des actrices invisibles, d’autre part, leur non-prise en compte officielle empêchait un développement durable.

Droits reproductifs : Droit pour toute personne de déterminer librement et de façon responsable si elle veut ou non des enfants, le nombre des enfants voulu-e-s, le moment de la contraception, l’écart entre chaque enfant, de disposer d’informations de moyens de contrôler sa fécondité.

Ecofémininsme : Théorie philosophique et politique qui lie étroitement les droits des femmes et le respect de la nature pour un développement durable.

Féminisme : Philosophie et doctrine politique revendiquant une réelle égalité entre femmes et hommes.

Fondamentalisme : On parle de fondamentalisme pour un système philosophique, religieux ou social, dont les bases sont un texte interprété de façon immuable et atemporelle. Toute religion peut être conçue de façon fondamentaliste ou intégriste (refusant toute évolution).

III/ UN LANGAGE ÉPICÈNE

La troisième partie, enfin se présente comme une conclusion et un plaidoyer pour l’intégration de l’égalité des sexes dans le langage : car si on s’offusque de l’emploi de certains termes comme procureuse, ambassadrice, ou si certaines tournures nous semblent laides, inélégantes, n’oublions pas que "les pratiques linguistiques n’ont pas toujours fait du masculin un genre universel". Cette partie fournit aussi une définition du langage épicène, l’actualité du débat sur la féminisation de la langue française, les règles et usages en cours au Canada-Québec, en Communauté française de Belgique, en France, au Luxembourg et en Suisse romande, ainsi que des conseils de rédaction en langage non sexiste.

Conclusion

La langue n’est pas neutre et les mots ont un sens : ils révèlent et traduisent à la fois une vision du monde et contribue à véhiculer et à maintenir des stéréotypes sexistes. Car comme l’a si bien dit Ferdinand de
Saussure : "Le temps change toute chose, il n’y a pas de raison pour que la langue échappe à cette loi universelle". Il est grand temps que les féministes de tous les pays s’attellent à la féminisation des langues et démontrent l’absurdité de l’affirmation de Claude Favre de Vaugelas "le genre masculin étant le plus noble, il doit prédominer chaque fois que le masculin et le féminin se trouvent ensemble".

Pour vous procurer une copie de ce document, s’il vous plait contactez :

Agence Intergouvernementale de la Francophonie
13 Quai André Citroën 75015
Paris (France)
Tél : (33) 1 44 37 33 00
Fax : (33) 1 45 79 14 98
Courriel : agence chez francophonie.org
Site Web : http://agence.francophonie.org

Source : AWID Carrefour Vol.5 N°3

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter