Féminisme pluriel

9 novembre 2016, par Béatrice Borghino

Intervenante en approche de genre, et s’intéressant aux nécessaires croisements à faire entre le genre et d’autres rapports sociaux inégaux....Féministe prenant en compte la pluralité des chemins et des contextes que les femmes empruntent pour s’émanciper, a participé à créer cette exposition "Du pluriel dans le féminisme" et en a écrit certains de ses courants ou moments, dont le black feminism, ici exposé.

Dans le cadre de la quinzaine « Balayer devant notre porte : Féminismes et Sexualités »

(du 19 septembre au 1° octobre à l’Équitable Café à Marseille)

Deux expositions à découvrir tout au long de la Quinzaine sur les murs du Café, pour explorer humblement des rapports de domination qui nous traversent touTEs, et l’histoire de celles qui cherchent à s’organiser pour lutter contre le racisme et le sexisme croisés…

1° Exposition : Le Black Feminism

Le collectif de recherche-action féministe « Perspectives Plurielles Marseille : à l’intersection des dominations genre/classe/race », présente une partie de sa passionnante exposition « Du Pluriel dans le Féminisme », celle consacrée au Black Feminism, ou Afro-Féminisme (tel qu’il est aujourd’hui traduit ou adapté par de nombreuses militantes vers le français et notre contexte spécifique)… Pour un éclairage humble sur une entrée du féminisme encore trop peu familière, dans nos contrées et nos espaces pas si mixtes que cela.

« L’expression Black feminism, traduite dans les textes par « féminisme Noir », recouvre la pensée et le mouvement féministes africains-américains en tant qu’ils diffèrent du féminisme américain « en général », précisément critiqué et reconnu pour son « solipsisme blanc », héritier malgré lui de la fameuse « ligne de couleur » produite par les systèmes esclavagiste, puis ségrégationniste ou discriminatoire, encore à l’œuvre dans la société américaine contemporaine...
« White woman, listen ! » – « Femme blanche, écoute ! ». Le féminisme Noir a représenté une véritable révolution politique et théorique pour l’ensemble des féminismes nord-américains et, dans une moindre mesure, européens. »
(Elsa Dorlin, Introduction Black feminism Revolution ! La Révolution du féminisme Noir ! (L’Harmattan, 2007)

2° Exposition : Le texte "Le havresac invisible du privilège blanc"
Pour faire écho à l’expo ci dessus : "Le privilège blanc est comme un havresac invisible et sans poids de fournitures spéciales, de cartes, de passeports, de carnets d’adresses, de visas, d’habits, d’outils et de chèques en blanc" [dont nous ne sommes pas vraiment conscientes]

"Décrire le privilège blanc rend quelqu’un à nouveau responsable. Si nous, dans le travail des études-femmes travaillons à révéler le privilège masculin, et demandons aux hommes de renoncer à certains de leurs pouvoirs, ainsi quelqu’unE qui écrit sur le fait d’avoir des privilèges blancs doit demander, « l’ayant décrit, que dois-je faire pour le diminuer ou y mettre fin ? »

Texte en entier disponible ici : http://basseintensite.internetdown.org/IMG/pdf/privilegeblancmasculin.pdf

Ce texte entrait tout à fait dans l’esprit de cette quinzaine féministe marseillaise : "Balayons devant notre porte".

Dans la même rubrique :

Répondre à cet article

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter