Femme et politique au Maghreb : l’état de la situation

À partir d’un travail de recherche documentaire approfondie, incluant des textes de loi, des études, des rapports, des actes de séminaires etc., l’ouvrage intitulé "Femme et politique au Maghreb : l’état de la situation", met au jour l’état des lieux, les défis, les obstacles et les opportunités à la participation des femmes à la vie politique et au processus de prise de décision. Cette contribution majeure concernant l’Algérie, le Maroc et la Tunisie permet d’avoir une vue globale et détaillée du sujet.

L’identification des bonnes pratiques et des acteurs clés impliqués dans le processus fait du mapping une contribution majeure permettant de dégager les problématiques soulevées dans les trois pays concernés (Algérie, Maroc et Tunisie) et d’avoir une vue globale et détaillée des différents aspects concernant la participation politique des femmes et leur présence dans les processus de prise de décision.

Résumé :
De plus en plus de pays adoptent le système des quotas comme mesure positive en vue d’augmenter la participation des femmes à la vie politique. Le Maroc, l’Algérie et la Tunisie ont à leur tour instauré ce système avec une application différenciée tant au niveau du type de quota, que du pourcentage adopté. Le Maroc a en effet, établi un quota légal en réservant une « liste nationale » de 30 sièges pour les femmes lors des élections législatives de 2002, pour ensuite adopter des « listes supplémentaires » qui ont permis d’atteindre un taux de 12.08% de femmes lors des élections communales de 2009 ; en Tunisie un système de quota volontaire de 30% de femmes a été décrété par le président de la République pour son parti le Rassemblement Constitutionnel démocratique (RCD) ; l’Algérie quant à elle, est en marche vers la concrétisation de la décision du Président Bouteflika de promouvoir la participation politique des femmes. La constitution a été amendée par l’ajout de l’article 31 bis, ayant pour objet de « conférer à l’Etat l’œuvre de promotion des droits de la femme en vue d’augmenter ses chances d’accès à la représentation dans les assemblées élues ».
C’est une des données significatives soulignées par le mapping « État de la situation de la participation de la femme à la vie politique en Algérie, au Maroc et en Tunisie », publication réalisée dans le cadre du projet « Renforcement du leadership féminin et de la participation des femmes à la vie politique et aux processus de prise de décision en Algérie, au Maroc et en Tunisie » initié par l’Institut International de Formation et de Recherche pour la Promotion de la Femme des Nations-Unies (UN-INSTRAW) et le Centre de la Femme Arabe pour la Formation et la Recherche (CAWTAR) et financé par le gouvernement espagnol.
Résultant de la première phase d’implémentation du projet, ce mapping réalisé par la conseillère régionale du projet, Mme Boutheina Gribaa, a été élaboré suite à de nombreuses missions menées en Algérie, au Maroc et en Tunisie. L’équipe du projet tient à remercier tous les acteurs rencontrés au cours de ces missions pour leur précieuse collaboration à l’accomplissement de cet ouvrage.
Le rapport contient également une version visualisée du mapping qui a été développée pour chaque pays, outil innovant permettant une visualisation des acteurs clés de la scène politique dans les trois pays et une interprétation de leurs relations et dynamiques.

***

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter et télécharger le rapport Femme et politique au Maghreb : l’état de la situation

Voir également l’article Médiatisation de la participation politique de la femme en Algérie, au Maroc et en Tunisie

***

Source : WomenGateway

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter