Femmes et microfinance : des effets contrastés

« Les femmes sont utiles à la microfinance mais la microfinance
profite-t-elle aux femmes ? » écrivait Susy Cheston de manière un peu
provocatrice dans un numéro récent de la revue Dialogue consacré au thème
« microfinance et genre ». Malgré une attention particulière porté aux femmes
par de nombreuses Insitut de Micro Finance (IMF), il est vrai que les études disponibles mettent en avant des effets contrastés.

Certaines études concluent à des résultats
plutôt positifs : meilleur accès à la consommation et soins de santé,
amélioration de leur pouvoir de décision et de leur mobilité spatiale, accès
à la propriété, réduction de la violence domestique. Inversement, d’autres
analyses mettent en avant des effets négatifs : détournement des prêts par
les hommes, détournement des entreprises lorsque celles-ci deviennent
profitables, exacerbation de la violence intra-conjugale, alourdissement des
responsabilités, surcharge de travail et fatigue, etc.

Ce étude ne vise pas à analyser en détail ces résultats, mais propose :

- de resituer cette diversité de résultats en fonction de la diversité
Des contextes locaux en matière de relations hommes/femmes et de normes
sociales, très variables quant au rôle des femmes et à leur degré
d’autonomie financière

- de montrer que, même dans des contextes très peu favorables à
L’émancipation et à l’autonomie financière des femmes, celles-ci jouent un
rôle financier très actif mais souvent peu visible car exercé de manière
souvent « clandestine ».

Télécharger l’étude :

Word - 54.5 ko

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter