Fidji : l’indispensable rôle des femmes dans le maintien de la démocratie

Depuis 22 ans, la République des îles Fidji, pays d’Océanie dans l’océan Pacifique sud, est en proie à des instabilités politiques régulières, et a subi son 4ème coup d’état en avril 2009. Les répercussions au niveau économique et social sont importantes. AWID a réalisé en mai un entretien de Sharon Bhagwan Rolls, de l’organisation féministe de communication femLINKPACIFIC.

Le 10 avril 2009, la Constitution des Fidji a été abrogée. Les autorités ont révoqué l’ensemble des juges et immédiatement instauré un "nouvel ordre légal", décrété un état d’urgence d’une durée initiale de 30 jours prorogé jusqu’au 10 juin 2009, et imposé un contrôle strict des médias.

Sur le plan de la sécurité, aucun incident visible n’est à signaler. Les forces de l’ordre se font discrètes et la circulation sur les grands axes routiers reste normale. Néanmoins, les répercussions économiques ne se sont pas faites attendre (dévaluation de 20% du dollar des Fidji), ce qui a entraîné une série de complications pour l’approvisionnement des ménages et renforce la précarité des acteurs de l’économie informelle.

Ces instabilités politiques font suite aux importantes inondations de janvier 2009, dans lesquelles de nombreuses familles ont perdu biens et logements. Les conditions sanitaires et environnementales sont toujours précaires (routes détruites et problèmes d’approvisionnement en eau).

Les organisations de femmes ont organisé des manifestations pacifiques et silencieuses, et réclament aujourd’hui davantage de concertations et de représentation politique.


***

Pour lire l’entretien de Sharon Bhagwan Rolls : Coup dur pour la démocratie aux Fidji : les expériences de femmes

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter