GENRE ET AUTOPSIE TRADITIONNELLE EN PAYS BAMILEKE

( OUEST- CAMEROUN )

Mémoire présenté et soutenu publiquement en vue de l’obtention
du Diplôme d’Etudes Approfondies ( D.E.A. ) en Sociologie par Achille PINGHANE YONTA

Résumé

L’autopsie traditionnelle est une pratique socioculturelle permettant de « voir de ses propres yeux » la cause de la mort. Elle constitue à la fois une stratégie préventive et curative pour les vivants. Cette pratique sème une nette discrimination entre les sexes tant dans les fondements socioculturels que dans la pratique et la finalité. Elle vise à culpabiliser les femmes, à révéler leur forfait.
L’introduction des cultures de rente (« plante pour mâle »(Lévi Taboula, 2000 : 15) et « arbre à argent » (Martin Kuété, 2000 : 4)) a instauré l’individualisme dans les relations sociales et par conséquent la monétarisation des pratiques sociales. Cette dernière s’imposait davantage au fur et à mesure que les cours du café croissaient. Les femmes se sont retrouvées reléguées dans le secteur vivrier. L’éducation différentielle a accentué ces différences.
La déprise caféicole qui a coïncidé avec l’essor du vivrier marchand et du maraîchage a occasionné les mutations de pouvoir économique entre les sexes. Ces mutations ont provoqué à leur tour la transgression des normes et valeurs sociales par les deux sexes.
Détentrices du pouvoir économique, les femmes investissent aussi dans les pratiques sociales. Ce nouveau pouvoir leur offre la possibilité de s’ingérer et de participer surtout aux pratiques socioculturelles discriminatoires entre les sexes. Elles s’attellent particulièrement à l’autopsie en raison des multiples accusations et suspicions qu’elles subissent, de leur marginalisation, de leur désir d’auto-vérifier leur culpabilité. L’implication des femmes dans l’autopsie a été facilitée par leur pouvoir économique et a provoqué une déstabilisation de l’ordre social en ce sens que cette pratique est inscrite dans un système de représentations sociales, de rites socioculturels, de normes et valeurs visant à assurer la domination masculine.

Télécharger le mémoire

PINGHANE YONTA Achille
Doctorant en sociologie
Université de Yaoundé I - Cameroun
BP : 755 Yaoundé
tél. : (+237) 9933 36 95
7535 99 49
email : yontachille chez yahoo.fr

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter