Genre en Action s’inquiète fortement des résultats des élections européennes (26/05/2014)

Dans une majorité de pays, la montée des partis d’extrême droite signale une tendance dangereuse au repli national et à la diffusion de « valeurs » néfastes pour les droits humains, les droits des femmes et l’égalité de genre.

En particulier, nous craignons que le Parlement Européen soit contraint à baisser ses exigences, déjà défaillantes, face à des politiques qui mettent en péril les droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux des populations européennes et non-européennes. Ce sont ces mêmes politiques qui en générant chômage, pauvreté, précarité, sont à l’origine de cette montée conservatrice.

Nous manifestons notre inquiétude face à la possibilité de la recrudescence de :

  • Lois au niveau national qui bafouent les droits fondamentaux des femmes, comme cela a été le cas en Espagne récemment avec la proposition de loi sur l’avortement
  • Politiques migratoires qui violent et aggravent les droits humains des migrants, et accentuent les violences que connaissent les femmes migrantes pendant leur parcours migratoire et à l’arrivée dans les pays d’accueil
  • Politiques économiques destructrices de l’environnement, au mépris du respect des lois et conventions internationales et au bénéfice des intérêts nationaux. Les femmes sont déjà les premières victimes du désastre écologique et du réchauffement climatique dans les pays en développement
  • Politiques salariales et de protection sociale au rabais, sans dénominateur commun de bien-être et d’équité sociale entre les pays. Les femmes sont déjà les plus précarisées en Europe, et seraient les premières touchées
  • Politiques familiales rattachées à des convictions religieuses et traditionnelles allant à l’encontre du libre choix des femmes et des hommes en termes de carrières, de rôle dans la structure familiale, de planification familiale et d’orientation sexuelle etc
  • Dispositions de désengagement de l’Europe dans le domaine de la paix mondiale et de la résolution des conflits, qui aggraverait le lourd tribut que paient les femmes aux conflits armés
  • Mesures de réduction de l’aide accordée aux pays en développement sous prétexte de préférence nationale, et, ce faisant du financement des projets visant l’égalité de genre
  • Mesures de rétorsions à l’égard d’associations de la société civile défenseures des droits Humains, comme c’est déjà le cas dans plusieurs villes de France dont les mairies sont désormais entre les mains du parti d’extrême droite.

Nous rappelons notre attachement à un projet collectif de nivellement par le haut des droits humains des femmes et de l’égalité de genre, en Europe comme partout.

Nous appelons les euro-député-e-s progressistes à ne pas baisser la garde et à intensifier leur vigilance quant à l’impact des politiques nationales et européennes sur les biens communs et les droits humains, dans toutes leurs dimensions, en particulier la dimension « genre » !

Nous ne lâcherons rien. En tant que réseau regroupant des militant-es et des organisations en France et dans les pays du Sud, nous continuerons plus que jamais à combattre les forces obscurantistes en développant nos actions de sensibilisation, de conscientisation et nos projets pour l’égalité femmes-hommes, condition pour un développement humain durable.

Dans la même rubrique :

Répondre à cet article

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter