Genre et fécondité

Que la fécondité ait une genre, nul n’en doute puisque, depuis le début de ce siècle et après moult réflexions, c’est la fécondité des femmes qu’auscultent les démographes. Pourtant, les études sur la fécondité masculine suffisent à démontrer l’insuffisance de cette approche. Pis est, l’hypertrophie des recherches sur la fécondité masque, en la naturalisant, tant l’évolution de la reproduction des populations que l’expérience des femmes. Il paraît donc nécessaire de développer de nouveaux indicateurs qui restitue celle-ci en intégrant les relations sociales de la procréation et la mortalité.

JOURNEE SEMINAIRE "DEMOGRAPHIE, SEXE ET GENRE"
INED 21.6.1999

ARLETTE GAUTIER
Université de Paris X-nanterre

Télécharger le texte

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter