« Genrez-vous, genrons-nous ! »

De quelle façon le genre est-il pris en compte dans le fonctionnement interne de nos institutions et organisations qui oeuvrent pour l’égalité entre les sexes ?
Lors des Rencontres Aquitaines de la Coopération et de la Solidarité Internationales (5-6 Juillet 2013, Bordeaux, France), un module de formation intitulé "Genrer la gouvernance de notre organisation : une voie pour innover nos pratiques" a proposé de questionner la cohérence des modes d’action avec les modes de gouvernance.
Voici un compte-rendu de cet atelier, co-organisé par Genre en Action.

L’objectif de l’atelier était de permettre aux participant-e-s d’analyser la prise en compte de l’approche genre avec ses valeurs dans leurs structures et de réfléchir à des pistes pour améliorer cette mise en cohérence transversale.

Division sexuée du travail. Afin de lancer la réflexion, la première activité a consisté à rassembler les participant-e-s en 2 groupes, pour échanger sur les organigrammes respectifs de leurs structures, dans le but d’arriver à la fin de l’activité à faire une "statut vivante" représentant l’un de ces organigrammes. Ces premiers échanges ont permis d’ores et déjà d’observer un problème commun à la plupart des structures : les hommes ont les postes de direction, les femmes sont "aux manettes", dans l’opérationnel.

Théâtre-forum : prendre conscience des mécanismes de domination. La seconde partie de l’atelier a été lancée par un sketch théâtral joué par les organisatrices : scène d’une réunion dans une association, rassemblant la secrétaire, la directrice, le trésorier, le président et la stagiaire. Cette scénette a amené les participant-e-s à observer les attitudes, rôles, comportements des personnages selon leur sexe, mais aussi d’autres facteurs (âge, couleur...). La scène a permis de lancer une discussion sur ces attitudes/comportements/rôles, leur origine, et les organisatrices ont ensuite demandé aux participants de réfléchir aux solutions.
Plusieurs solutions ont émergé :

  • Former, pour impulser le changement des attitudes et des mentalités
  • Mieux communiquer, en interne notamment pour faire circuler l’information
  • Modifier l’organisation, en adaptant par exemple les horaires des réunions aux vies de famille
  • Utiliser les outils informatiques, comme les plateformes d’échange virtuel pour permettre à tou-te-s d’organiser leur vie privée en parallèle de leur travail
  • etc.

Testez votre QIG (Quotient Intégration du Genre). Si elle n’obéit à aucune recette, l’intégration transversale du genre dans les organisations de développement peut néanmoins s’évaluer à partir de quelques questions de base. Répondez au test QIG et mesurez le chemin parcouru et/ou à parcourir pour que votre organisation soit « genrée ».


Intervenant-e-s

  • Catherine ANDRÉ, professeure agrégée, biologie, Chaire UNESCO sur la formation de professionnel-le-s du développement durable
  • Rachel BESSON, sociologue, CACIS Bordeaux et Genre en Action pôle Sud-Ouest
  • Elisabeth HOFMANN, enseignante-chercheure, LAM et Genre en Action pôle Sud-Ouest et Chaire UNESCO sur la formation de professionnel-le-s de développement durable
  • Léa BARREAU-TRAN, doctorante LAM, Genre en Action pôle Sud-Ouest
  • Beata UMUBYEYI-MAIRESSE, Chargée de mission, AIDES Bordeaux et Genre en Action pôle Sud-Ouest

Les Rencontres Aquitaines de la Coopération et de la Solidarité Internationales

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter