"Guerre silencieuse" au Kivu : les viols de masse comme arme de guerre

L’écrivain et essayiste Bolya Baenga rapporte dans cet article les violences sexuelles subies par les femmes depuis 15 ans dans la région du Kivu, en République Démocratique du Congo. Ces violences deviennent de plus en plus des "armes de guerre" à l’encontre des populations civiles. En l’espace de quelques mois, ce sont 250.000 habitants du Nord et du Sud Kivu qui ont été déplacés à la suite des affrontements qui opposent les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) aux militaires. L’ONG Oxfam met en garde contre une crise humanitaire, et le retranchement des populations à des zones difficilement atteignables rend les interventions complexes. Un conflit où les victimes principales sont les civils, et dans lequel les femmes sont les plus exposées.

Plus d’un demi-million de femmes ont été violées en RDC depuis 15 ans

« La violence contre les femmes ne peut-être tolérée, qu’elle qu’en soit la forme, le contexte ou les circonstances, par aucun dirigeant politique ou gouvernement », déclarait le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, le 5 mars dernier, trois jours avant la Journée internationale de la femme. Et il ajoutait qu’une femme sur cinq dans le monde était victime de viol, cet acte de barbarie…De fait, il y a une sorte d’universalité de cette sauvagerie. De ce Mal absolu… Il faut réagir.

Asha-Rose Migiro, Secrétaire général adjointe des Nations Unies, ancienne ministre tanzanienne chargée de l’égalité des sexes, annonçait ce 5 mars le lancement d’une base mondiale de données informatisée pour recenser les violences sexuelles faites aux femmes. Ces déclarations font suite à la résolution (historique) 1820, du 19 juin 2008, du Conseil de sécurité de l’ONU qui considère que les violences sexuelles, pendant et après la guerre, font partie des questions de Paix et de Sécurité. Du reste, le Secrétaire général Ban Ki-Moon soumettra, le 30 juin 2009, aux membres de ce conseil, un rapport sur l’application de cette décision. Il s’agit de mettre fin à la « guerre silencieuse » contre les femmes et les filles, pour reprendre les termes du patron de l’ONU. En effet, la guerre contre le terrorisme sexuel est d’abord une attaque contre le silence des crimes sexuels de masse, du fameux féminicide dont parle Perla Servan-Scheiber à propos de la destruction des femmes dans le Kivu, en République démocratique du Congo.

« Stop au viol », tel est la slogan d’une organisation américaine de femmes (devenue internationale), le VDAY (Vagina Day), qui a adressé une lettre au président Obama lui demandant de faire de ce qu’il est dans son pouvoir pour protéger les femmes de la RDC et d’encourager la Communauté internationale à sévir sur les leaders congolais qui utilisent les viols de masse comme arme de guerre.

Sans la femme africaine, point de développement

En effet, dans la région des Grands Lacs, depuis 15 ans, la destruction massive et systématique des vagins des femmes et fillettes est planifiée… Plus 500 000 violées, dont 45 000 rien qu’en 2007, selon les estimations du gynécologue congolais Denis Mukwenge, prix Olaf Palme 2008, qui s’atèle avec ses équipes à la « reconstitution » des vagins mutilés par des hordes de tous bords et autres soudards, vagabonds en treillis armés de kalachnikov ou, pire, d’enfants-soldats drogués à la dérive.

La Kényane Wangari Maathai, prix Nobel de la Paix 2004, écologiste, rappelle à juste titre que les viols des femmes dans les conflits ethniques au Darfour et en Birmanie brisent les liens familiaux, et fissurent le tissu social. « Les femmes paient le prix le plus élevé de ces conflits » armés aux enjeux plus que douteux : une course effrénée aux richesses naturelles avec ses corollaires inévitables, le pillage et les meurtres. Bref, le massacre à grande échelle, et plus particulièrement des femmes, des fillettes, pire des grands-mères… Or, sans les femmes, il n’y aura pas de développement de l’Afrique.

Par Bolya Baenga

***


Sources
 : Le Collectif Breton pour le soutien de l’Appel des Femmes du Kivu pour la Paix

Pour signer la pétition contre les crimes de guerre : Pétition pour le soutien de l’Appel des Femmes du Kivu pour la Paix

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter