Il manque 100 millions de femmes en Asie

Le mensuel Alternatives Economiques (disponible en kiosque) consacre deux articles de son numéro de mars 2006 (n°245) au déficit des femmes en Asie, plus particulièrement en Inde et en Chine.

En Inde, le déséquilibre entre hommes et femmes atteint des proportions alarmantes dans certains Etats. Surmortalité des petites filles par manque de soins ou infanticide à la naissance pas ne sont pas l’apanage de populations rurales enfermées dans des visions traditionnelles : en ville, bien que cela soit interdit, les couches moyennes ou aisées pratiquent une sélection des fœtus par les échographies suivies d’un avortement si l’enfant est de sexe féminin. Paradoxalement, le développement économique, la baisse de la fécondité et la hausse du niveau de vie dont bénéficie une partie de la population indienne, ont plutôt renforcé ce processus de sélection. Mais, à qui manquent ces femmes ? Maintenant, aux hommes à marier… qui ne trouvent plus d’épouses dans certains villages. Et pourtant, il n’y a pas de fatalité. La politique volontariste du Kerala (Etat du Sud de l’Inde) en matière de développement humain fondé sur l’éducation et l’égalité hommes-femmes, porte ses fruits : c’est le seul Etat de l’Inde à afficher un ratio normal filles/garçons.
En Chine, la préférence pour les garçons s’est accrue avec la politique de l’enfant unique que les familles, contraintes à limiter les naissances, ont traduite par « garçon unique ». Les « moyens » sont les mêmes qu’en Inde : sélection des fœtus par échographie puis avortement pour les plus aisés, non déclaration de naissance des filles, infanticide ou manque de soins aux petites filles pour les plus pauvres. Les chiffres illustrent l’ampleur du phénomène : la surmortalité des filles de moins de 5 ans dépasse de 46% celle des garçons et il manquerait plus de 50 millions de femmes. Comme en Inde, la prise de conscience par le gouvernement central intervient d’autant plus vigoureusement que la proportion d’hommes ne trouvant pas d’épouses augmente fortement. L’article souligne enfin que dans les deux pays, ce déficit de femmes, loin de « profiter » à celles qui ont échappé à la sélection, a tendance à aggraver les violences faites aux femmes, notamment la marchandisation, les enlèvements et la prostitution forcée.

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter