Ile Maurice : Men Against Violence (MAV)

Ils ont fait un rêve : que plus jamais une femme à Maurice ne soit victime de violence conjugale. Est-ce possible ? En tout cas, ils ont décidé d’y croire et d’œuvrer pour que cela devienne une réalité. A l’Île Maurice, des hommes ont décidé de s’engager au quotidien contre la violence faite aux femmes et promouvoir l’égalité des sexes à travers une plateforme d’idées : Men Against Violence (MAV). Leurs objectifs : démontrer que le féminisme n’est pas anti-homme, qu’il est possible de changer les mentalités et faire disparaître ce fléau de notre société.

Lancée mardi dernier, MAV se veut une plateforme d’échange d’idées. Sa vision est d’influencer positivement l’attitude et le comportement des hommes envers les femmes, afin de réduire et éliminer toute forme de violence sur les femmes.

« On ne prétend pas détenir la solution miracle à la violence. On veut surtout participer à cette grande bataille que d’autres avant nous ont commencée. Quoi qu’il en soit, nous avons constaté que beaucoup d’hommes croient et adhèrent à la cause, explique Ibrahim Sheik-Yousouf, champion de MAV. Pour le lancement, nous avons eu au moins une vingtaine d’hommes, de toutes les couches sociales, de toutes les communautés, des chefs d’entreprises et autres professionnels qui de par leur présence nous ont démontré qu’ils veulent faire bouger les choses. » Il explique son engagement par les expériences personnelles qu’il a vécues.

« J’ai fait 13 ans à Befrienders (NdlR : association qui propose une ligne d’écoute aux personnes à tendance suicidaire) et il m’est arrivé de prendre des appels de détresse de femmes qui voulaient se suicider parce qu’elles n’en pouvaient plus d’être victimes. C’est pour cela que j’ai décidé de me battre contre cette forme de brutalité. » Sa priorité aujourd’hui, dit-il, est d’atteindre les jeunes. « On veut faire comprendre à nos jeunes hommes que le temps de la société patriarcale est révolu. » C’est pour cette même raison que Jean-Luc Emile, rédacteur en chef de Radio One, s’est joint à MAV.

« Il faut le reconnaître, il y a un problème à Maurice. Ce n’est pas normal que les hommes continuent à se sentir supérieurs aux femmes et usent de la force et de la violence pour le montrer. » C’est à travers son métier que Jean-Luc Emile espère apporter sa contribution à cette cause. « Il faut changer les choses et la meilleure façon de le faire, c’est d’en parler pour que ces machos réalisent enfin que ce qu’ils font est mal. »

Mike Chan, président sortant de la Jeune chambre internationale de Maurice, est solidaire avec les victimes. « Les hommes violents sont issus de tous les milieux. C’est important que les hommes viennent de l’avant pour démontrer qu’ils ne sont pas tous pareils. » Comme lui, ils sont plusieurs hommes à vouloir aider à réaliser ce rêve pas si fou : que la violence conjugale disparaisse à Maurice ! Marie-Noëlle Elissac-Foy de WIN : « La prévention de la violence doit devenir une cause nationale » Il faut plus d’action concernant la lutte contre la violence envers les femmes. Et c’est ce à quoi s’attelle « Women In Networking » (WIN), dit Marie-Noëlle Elissac-Foy.

« Win est très inquiète de la recrudescence de la violence contre les femmes et les enfants. Chaque crime est un crime de trop. Il faut continuer les recherches et études sur les causes de la violence et multiplier les actions de prévention. Il manque, à Maurice, d’autres centres comme celui de SOS Femmes. La prévention de la violence faite aux femmes et celle de la violence en général doivent devenir des causes nationales. Win, à travers « Men Against Violence », estime qu’il est urgent que les hommes s’impliquent davantage dans la lutte contre la violence ».
Christophe Karghoo

***
Source : Lexpress.mu

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter