Kenya : Les exigences des femmes sur les droits fonciers

Evelyne Opondo, la chargée principale de programme de la Fédération des femmes juristes du Kenya (FIDA Kenya) et militante pour la prise en compte de la dimension genre dans les questions du droit, s’est entretenue avec Joyce Mulama de IPS International à propos de la Politique Agraire Nationale (NLP) et des droits d’accès à la terre et aux biens immobiliers des femmes.

Après des années de retard, le gouvernement du Kenya a finalement adopté un avant-projet de la Politique agraire nationale (NLP), qui attend maintenant d’être débattue au parlement.

Ce projet permettra de rectifier une situation inégale entre hommes et femmes : en effet, plus de 70% de la main-d’oeuvre agricole est fournis par les femmes, selon les chiffres du gouvernement. Pourtant, seulement moins de 5% des femmes possèdent une terre.

Au Kenya, la politique agraire actuelle repose sur une relique de la loi coloniale britannique. La NLP se propose de rectifier les points perpétuant des inégalités à l’encontre des femmes : ainsi, elle "modifiera la force donnée à certains des droits coutumiers, et les autres dispositions constitutionnelles qui ont privé les femmes de l’accès à la terre et à la propriété".

***

Pour consulter l’article :
IPS International - Les exigences des femmes sur les droits fonciers

Pour en savoir plus :
- Les droits de la terre existent-ils vraiment pour la femme africaine ?
- Trop peu de terres pour elles
- Afrique : la terre à celles qui la cultivent

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter