L’Acsé veut davantage aider les garçons et les parents des quartiers

La nouvelle présidente de l’Agence pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé), Naïma Charaï, a déclaré, le 7 novembre 2012, que les garçons, les parents et les responsables associatifs des quartiers en difficulté seront au coeur des priorités de l’agence chargée du volet social de la politique de la ville.

  • Sources : AFP

« Ces dernières années, on a beaucoup axé les interventions autour des jeunes filles. Il faut réinventer des choses autour des garçons, moins bien placés en termes de décrochage scolaire, de qualification, d’accès à l’emploi, etc. », a-t-elle dit lors d’un entretien avec l’AFP.

« Il faut également accompagner les parents dans le suivi de l’éducation de leurs enfants, sans être dans la sanction ni l’assistanat », a ajouté Mme Charaï, nommée le 5 octobre à la tête de l’Agence pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé).

Cette conseillère régionale d’Aquitaine, proche de l’aile gauche du PS et des Verts, souhaite également renforcer les programmes de lutte contre les discriminations.

Face à la crise du bénévolat et au vieillissement des leaders associatifs - 40 ans en moyenne -, l’Acsé veut aussi « remobiliser de nouveaux cadres associatifs ».

Budget de 392 millions d’euros en 2012 - Dotée d’un budget de 392 millions d’euros en 2012, l’Acsé, créée en 2006, est « le financeur de la vie associative des quartiers », selon Mme Charaï. Environ 12 000 associations ont bénéficié de ses crédits cette année, avec des subventions moyennes allant de 5 à 6 000 euros.

***

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter