L’Union des Femmes de la Martinique, SOLIDAIRE !

L’Union des Femmes de la Martinique manifeste toute sa solidarité avec
le mouvement
extraordinaire qui s’est mis en route le 5 février pour dénoncer la vie
chère, le chômage et la
précarité de l’emploi.
Les femmes de la Martinique sont très concernées par les raisons de la
grève. C’est pour
cela, qu’elles sont très nombreuses dans les cortèges et très actives
dans cette lutte. L’UFM,
dénonce et condamne depuis de longues années les situations des femmes
dans le monde du
travail et de l’emploi : elles sont désastreuses et leurs conditions de
vie en pâtissent !

L’Union des Femmes de la Martinique manifeste toute sa solidarité avec
le mouvement
extraordinaire qui s’est mis en route le 5 février pour dénoncer la vie
chère, le chômage et la
précarité de l’emploi.
Les femmes de la Martinique sont très concernées par les raisons de la
grève. C’est pour
cela, qu’elles sont très nombreuses dans les cortèges et très actives
dans cette lutte. L’UFM,
dénonce et condamne depuis de longues années les situations des femmes
dans le monde du
travail et de l’emploi : elles sont désastreuses et leurs conditions de
vie en pâtissent !... :

- CHOMAGE : sur 100 chômeurs il y a 70 femmes. Profil type d’un
demandeur d’emploi : une
chômeuse avec une moyenne d’âge de 25 ans.

- CDD : Plus de 70 % des contrats à durée déterminée sont des femmes

- PRECARITE : Les contrats aidés, précaires, les temps partiels imposés, c’est le lot des femmes

- SOUS EMPLOI : beaucoup de femmes sont sur- qualifiées pour les emplois
qu’elles occupent.

- BAS SALAIRES : les femmes sont très souvent au SMIC et les salaires
des emplois précaires sont
minimes car c’est souvent du temps partiel.

- TRAVAIL DU DIMANCHE : il concerne en majorité les salariéEs de la
grande distribution qui
n’ont guère le choix

OUI, ces chiffres expriment des réalités qui font mal !
Une gestion quotidienne difficile : ces conditions de travail précaires
engendrent aussi
d’autres difficultés dans la gestion quotidienne de leur vie : loyer,
transports (elles sont majoritaires à
utiliser les transports collectifs coûteux), garderies et scolarisation
des enfants, besoins des enfants,
charges alimentaires. N’oublions pas que 30 % des foyers sont tenus par
des femmes seules. Cela
peut atteindre 34 % dans certains quartiers.
Beaucoup subissent le harcèlement sexuel et moral sur leurs lieux de
travail,
victimes de certains petits patrons qui profitent des situations de
chômage et de misère
économique.
Cette misère matérielle et morale que les femmes n’osaient pas dire,
souvent par honte, aujourd’hui
elles la crient et réclament de toutes leurs forces l’augmentation de
leur pouvoir d’achat !.
Elles en ont marre de ne pas joindre les deux bouts, de vivre dans la
pauvreté, de se priver
en permanence, de ne pas pouvoir assurer correctement les besoins de nos
enfants.

L’UFM, adhère à ce combat
qui doit aboutir à un mieux -être pour toutes et tous.
L’UFM réclame avec toutes les femmes :
- de vrais emplois et que les patrons cessent de les considérer comme
des mouchoirs
jetables ;

- des salaires décents qui leur permettent de vivre ;

- l’augmentation des retraites ;

- l’arrêt des avantages donnés au patronat pour les emplois à temps
partiels ;

- la suppression des politiques d’heures supplémentaires : travailler
plus pour gagner plus ;

- la transformation des temps partiels en temps complets, plutôt que
d’augmenter les
politiques d’heures supplémentaires.

LES FEMMES EXIGENT LA BAISSE DU COUT DE LA VIE EN MARTINIQUE
ELLES VEULENT VIVRE MIEUX, ELLES APPELLENT A LA SOLIDARITE DE TOUTE LA
POPULATION

Site internet
E-mail : mailto

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter