L’accès et le contrôle des ressources par les femmes est un défis pour la sécurité alimentaire en RDC

L’auteur de cet article intitulé « L’accès et le contrôle des ressources par les femmes est un défis pour la sécurité alimentaire en RDC » se nomme Angélique MBOMBO. Après un stage de formation professionnelle à OXFAM/Kasaï à Kananga/Kasaï Occidental en 1988, elle a occupé successivement les postes d’animatrice Chargée de la promotion du Genre au Programme de Développement Est Kasaï dans le Territoire de Kabeya Kamuanga au Kasaï Oriental, puis secrétaire exécutive du Réseau Provincial Femme et Développement pour la vulgarisation de l’approche genre au Kasaï Oriental. Elle est cofondatrice du Comité National Femme et Développement « CONAFED » et a suivi un stage de perfectionnement à Bruxelles auprès du Monde selon les femmes. Elle aborde dans cet article la question de la sécurité alimentaire en RDC.

Chez nous, la question de la sécurité alimentaire est trop préoccupante, l’insécurité alimentaire est un grand défi que toute notre Province et notre Gouvernement doivent relever aujourd’hui en RDC avec le concours de tous. Elle est tributaire d’une situation malheureuse que connaît le pays depuis plusieurs décennies avant et après les guerres. La population du Kasaï Oriental est en train de traverser le moment le plus difficile de son histoire. La misère bat son plein. La pauvreté ne fait qu’augmenter. Elle se manifeste sous plusieurs façons et a des facettes multiformes, tant elle est indescriptible :

• Très peu d’enfants vont à l’école par manque d’argent pour payer les frais scolaires ;
• La vente des produits agricoles avant la récolte (vente des cultures sur pieds et c’est l’acheteur qui récolte) ;
• Troc des produits agricoles contre les biens manufacturés au détriment des paysannes ;
• Vente presque quotidienne des effets qui constituent le patrimoine des familles (radios, vélos, mousses, maisons, etc.).

Disons-le vite, chez nous au Kasaï Oriental, le droit à l’alimentation n’est pas garanti. Et comme nous pouvons le constater, l’insécurité alimentaire et la malnutrition constituent ce jour un thème majeure qui va jusqu’à perturber la vie de la population locale en général et des femmes en particulier.

Il a comme conséquence :

• L’insuffisance des disponibilités alimentaires, qui provoque la hausse des prix ;
• Le manque d’accès des femmes aux financements et aux intrants ;
• L’inaccessibilité à cause de mauvaises routes de desserte agricole ;
• La non utilisation des technologies et techniques appropriées pouvant permettre de maximiser la production (bœufs de trait, motoculteurs, tracteurs, etc.)

Bref, le faible pouvoir d’achat de la majorité des femmes constitue une crainte majeure qui ne leur permet pas l’accès à une alimentation adéquate.

Il est vrai de considérer la femme comme actrice du changement à tous les niveaux et dans tous les domaines au sein de nos sociétés respectives. Certes, elles contribuent à l’avènement des sociétés où règne la justice sociale et où les droits des femmes sont appliqués sans réserve.
Or, aujourd’hui elles sont confrontées à plusieurs difficultés d’accès et de contrôle des ressources dans les domaines agricoles, minier et de développement local.
A l’héritage des terres, seuls les garçons et les hommes sont les plus privilégiés par rapport aux filles et aux femmes. Une situation difficile et pénible. C’est pourquoi le CEDI estime qu’assurer la formation des ces femmes en genre et techniques culturales et nouvelles méthodes d’agriculture serait une solution pour qu’elles soient capables de défendre leurs droits à partir du moment où leurs capacités sont renforcées, et de les insérer dans la chaîne de production alimentaire, afin que qu’elles soient en mesure de produire plus pour leur autoconsommation et dégager un surplus commercialisable pouvant les aider à améliorer leur revenu est nécessaire.

***
Cet article a été proposé par Angélique MBOMBO KATCHIUNGA
Coodonnatrice de CEDI en RDC : ange.mbombo0 chez gmail.com

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter