L’education des filles progresse, selon l’UNICEF

L’éducation des filles gagne du terrain dans le monde, mais certaines zones géographiques restent à la traîne, souligne un rapport de l’Unicef publié lundi 18 avril.

Ce document intitulé "Progrès pour les enfants" fait le point sur la scolarisation primaire et secondaire des enfants dans le monde, au regard de deux objectifs de l’ONU : combler le fossé entre les sexes en matière de scolarisation en 2005 et garantir que, d’ici à 2015, tous les enfants aient une éducation primaire complète.

L’Unicef note que des avancées "impressionnantes" ont été réalisées vers "l’objectif de la parité des sexes en ce qui concerne la présence des filles à l’école primaire". Sur les 180 pays pour lesquels des données sont disponibles, 125 devraient atteindre la parité des sexes cette année. "La scolarisation des filles a davantage progressé que celle des garçons dans toutes les régions et dans la plupart des pays en développement", note le rapport.

Néanmoins, d’après les projections de l’Unicef, la parité des sexes dans l’éducation n’est pas encore atteinte. Même si 96 filles pour 100 garçons fréquentent l’école primaire, cette moyenne mondiale masque d’énormes inégalités.

Le Proche-Orient, l’Afrique du Nord, l’Asie du Sud, l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale ont accumulé beaucoup de retard en matière de scolarisation des filles. Les disparités sont particulièrement préoccupantes en Asie du Sud et en Afrique occidentale et centrale.

Malgré ce retard, au Proche-Orient et en Afrique du Nord, "la scolarisation des filles a progressé de façon remarquable au cours des dernières années", estime le document. Pour Carol Bellamy, la directrice générale de l’Unicef, "l’éducation, c’est plus que l’apprentissage". "Une fille non scolarisée courra plus le risque de devenir la proie du VIH/sida et aura plus de mal à garder sa famille en bonne santé, par exemple", affirme Carol Bellamy.

DES OBSTACLES À LA SCOLARISATION

La parité des sexes à l’école est par ailleurs une étape indispensable pour atteindre l’objectif de l’éducation primaire pour tous avant 2015. Selon certaines projections, le nombre d’enfants en âge d’aller à l’école mais qui ne sont pas scolarisés pourrait être inférieur à 100 millions cette année, contre 115 millions en 2001.

A condition de maintenir leur taux de progression actuel, la plupart des pays du Proche-Orient, d’Afrique du Nord, de l’est de l’Asie et des Caraïbes devraient parvenir à l’éducation universelle en 2015, estime le l’Unicef. Mais la plupart des pays d’Afrique subsaharienne et beaucoup de nations d’Asie du Sud devront faire de gros efforts pour y parvenir, avertit le rapport. En Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, le taux net d’inscription et de fréquentation de l’école n’était que de 55 % en 2001. Mais c’est en Asie du Sud qu’il est le plus élevé. Dans cette région, en 2001, plus de 42 millions d’enfants n’étaient pas scolarisés, soit 36,7 % du total des jeunes.

Les principaux obstacles à la scolarisation repérés par l’Unicef sont sans surprise : la pauvreté, la prévalence du VIH/sida, les conflits civils, le travail des enfants, la traite des enfants et les catastrophes naturelles. L’organisation pointe aussi le fait que dans les pays en développement, les trois quarts des enfants ayant abandonné l’école primaire viennent d’un foyer où la mère n’a jamais fréquenté un établissement scolaire.

P.-S.

Avec AFP

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter