L’égalité de genre passe par les médias

Le Réseau international des femmes de l’Association mondiale de radiodiffuseurs communautaires (AMARC) publie un plaidoyer en faveur d’une plus grande médiatisation de l’égalité femmes-hommes, notamment à travers le biais de la radio communautaire. Les femmes des pays en développement ou des zones les plus reculées n’ayant pas librement accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), il est nécessaire que ces radios prennent plus en compte leurs besoins.

En plus d’être un outil d’information, les médias sont un outil de sensibilisation. Selon l’association, il est donc primordial que les thématiques relatives aux femmes et à l’égalité de genre soit des sujets traités par les radios communautaires. Dans ce cadre, et par devoir de déontologie, elles doivent s’engager à ne pas transmettre des valeurs stéréotypées et à ne pas entretenir des discours discriminants à leur égard.
Dans cette perspective, il faut donner aux femmes journalistes l’opportunité de diriger des programmes. Cette mesure demande ainsi un effort supplémentaire, de la part des autorités gouvernementales, un investissement supplémentaire pour permettre aux jeunes filles de recevoir une éducation ou une formation de journalisme.
Porter et donner la parole aux femmes, y compris à celles issues des minorités, doit aussi devenir systématique. Par ce biais, les femmes pourront faire entendre aux pouvoirs publics et aux auditeurs, leurs opinions, leurs besoins et leurs idées. Ainsi, quotidiennement leur pouvoir d’influence se consolidera. Grâce au renforcement de leur capacité à être écoutées, selon l’ONG, elles seront plus aisément conviées aux débats, et à participer aux prises de décisions.
De plus, les femmes, majoritairement rurales, ne doivent pas être isolées de la chaîne médiatique. Ainsi, elles doivent pouvoir bénéficier des ondes hertziennes pour former des groupes de paroles créés par elles et pour elles. Cependant au regard des barrières culturelles qui s’imposent aux femmes, une vigilance accrue doit être mise en place pour garantir leur sécurité lors de leurs interventions.
Lutter contre la fracture numérique entre les femmes et les hommes est, pour le réseau, primordial. Les femmes de doivent pas être isolées de ce domaine d’activité à cause d’un manque d’apprentissage aux nouvelles technologies. Cette accessibilité comprend notamment la traduction des formations et des documents dans les langues locales.

***

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :
le document en ligne ;
vous pouvez aussi vous référer : à l’article sur le site de l’OIF, Radio et lutte contre les MGF
et à l’article Produire des émissions de radio et lutter contre les MGF

Source : site de l’OIF

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter