La mode hypersexualisée

Cet ouvrage de Mariette Julien porte un regard nouveau sur la mode hypersexualisée sous plusieurs angles : esthétique, historique, sociologique et philosophique. La mode n’est pas seulement une façon de se vêtir, elle représente aussi un excellent indicateur des valeurs qui prévalent dans les sociétés.

La mode hypersexualisée trouve son inspiration dans des styles appartenant aux générations précédentes, à des cultures différentes et à des univers sexuels pluriels. On peut la définir comme une esthétique de l’apparence qui met l’accent sur la sexualité. Elle fait partie d’un phénomène plus large appelé l’hypersexualisation, qui ne concerne pas que l’apparence, non plus que les jeunes, et ce, même si on l’associe parfois exclusivement à l’adolescence.

L’auteure s’intéresse à plusieurs facteurs sociaux influençant cette tendance qu’est la mode hypersexualisée dont la « pornographisation » (en référence au recyclage d’archétypes pornographiques dans la littérature, la publicité, à la télévision, au cinéma, dans la presse écrite et autre), la sexualisation de l’image de la femme dans les médias,la quête de la célébrité, l’immédiateté, la « déliaison » amoureuse (les nouvelles relations amoureuses étant de moins en moins construites selon le modèle de l’amour romantique, mais plutôt sur celui du développement personnel à travers de multiples relations), l’hyperconsommation, la performance, la recherche d’authenticité et la libération des femmes.

Ce phénomène ne s’adresse pas seulement aux jeunes femmes qui sont souvent influençables parce qu’en pleine construction de leur identité, mais aussi aux jeunes hommes qui subissent les conséquences de cette tendance perverse. Finalement, n’allons pas croire que, passé(e) la fleur de l’âge, la mode hypersexualisée ne nous concerne plus, car aujourd’hui on se doit d’être consommable peu importe le nombre de chandelles sur notre gâteau ! Ce texte, très bien documenté, saura répondre à plusieurs interrogations concernant cette tendance en plus de nous fournir un glossaire très complet (la mode empruntant souvent des termes à l’anglais) qui vient compléter cet ouvrage très actuel.
Dans un premier chapitre, l’auteure propose une définition de la mode hypersexualisée et rend compte de ses principaux marqueurs visuels. Dans un deuxième chapitre, elle retrace les origines vestimentaires, corporelles et symboliques de cette mode. Dans un troisième chapitre, elle lie la mode hypersexualisée aux facteurs sociaux les plus susceptibles d’avoir contribué à son émergence et à sa diffusion. Dans un dernier chapitre, elle offre des pistes de réflexion sur ses enjeux. Finalement, un glossaire vient compléter l’ouvrage. Un petit livre qui vous permettra de décoder à peu près tous les messages de cette mode controversée.

***

Pour en savoir plus :

Fiche technique du livre
Mariette Julien, « La mode hypersexualisée »
Les éditions Sisyphe, Montréal, 2010.
Format : 10 cm x 15 cm, 115 pages.
ISBN : 978-2-923456-15-7
editions_sisyphe chez yahoo.ca

A propos de l’auteure
Mariette Julien est professeure à l’École supérieure de mode de Montréal à l’Université du Québec, spécialiste en sémiotique visuelle et ses intérêts de recherche portent sur la compréhension des esthétiques vestimentaires et corporelles contemporaines ainsi que les questions éthiques rattachées aux stratégies de marketing des annonces publicitaires ayant pour objet le vêtement, les accessoires mode ou les cosmétiques.

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter