La revanche d’une athlète que l’on a humiliée

Félicitons l’Afrique du Sud d’avoir choisi Caster Semenya comme porte-drapeau de l’équipe olympique sud-africaine à l’occasion de la Cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Londres.

Belle revanche pour cette jeune femme qui, à la suite de sa victoire en athlétisme sur le 800 mètres au championnat de 2009, avait fait l’objet d’une humiliante enquête de féminité. Les conditions déplorables de l’annonce de cette enquête, motivée par la morphologie de l’athlète et par son niveau de performances sportives, avaient fait le tour du monde et provoqué, à juste titre, un émoi considérable en Afrique du Sud.
A travers la souffrance imposée à Caster Semenya on découvre toute l’injustice qui résulte de la suspicion manifestée à l’égard de l’identité sexuelle des sportives de haut niveau femmes, dès lors qu’elles ne correspondent pas aux stéréotypes auxquels toute femme est censée correspondre.
Comme l’écrit Elsa Dorlin dans la préface du livre remarquable « Les tests de féminité dans les compétitions sportives : une histoire classée ? » (Anaïs Bohuon, ed iXe), « les tests de féminité ont surtout et finalement servi à exclure (les compétitrices) purement et simplement des privilèges sociaux et symboliques de la performance sportive ».

Sources : La Clef, parution le 19 juillet 2012

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter