Le Genre dans le Plan Stratégique pour le Développement d’Haïti

31 mai 2017

Boaz Anglade est un chercheur postdoctoral en économie appliquée. Ses intérêts de recherche portent sur l’économie du développement et des ressources naturelles. Suivez-le sur Facebook : www.facebook.com/boanglade

Introduction

Après le tremblement de terre du 12 Janvier 2010, le gouvernement Haïtien a conçu un nouveau cadre de planification et de gestion du développement en Haïti. Cette vision pour un pays émergent vers 2030 et les orientations stratégiques de développement ont été présentés dans le Plan Stratégique de Développement D’Haïti (PSDH). Ce dernier a pour objectif de guider l’action publique pour les 20 prochaines années en s’appuyant sur quatre grands chantiers d’intervention : la refondation territoriale, la refondation économique, la refondation sociale et la refondation institutionnelle. Pour atteindre les objectifs du PSDH, le gouvernement Haïtien compte élaborer sept cadres et programmes triennaux de mise en œuvre. Les cadres triennaux de développement serviront comme une feuille de route afin de placer le pays sur le chemin visé, tandis que les programmes triennaux d’investissement (PTI) détailleront les projets à mettre en œuvre pendant les différentes périodes triennales. Le premier cadre triennal et PTI pour la période 2014-2016 sont actuellement en cours.

Dans le PSDH, l’importance d’une approche en termes de genre dans les enjeux de développement économique est bien convenue. Le PSDH reconnait l’aspect genre comme indispensable pour le développement social et le redressement économique du pays. De ce fait, diverses mesures ont été prévues dans ce plan stratégique à travers des programmes et sous-programmes pour permettre l’autonomisation des femmes et l’amélioration de leur condition de vie. Cet article fait une révision de l’intégration de l’approche genre dans le PSDH et la mise en œuvre de cette approche dans le Programme Triennal d’Investissement (PTI) pour la période 2014-2016.

Le Genre dans le PSDH et le PTI 2014-2016 : Critique

Dans le PSDH, l’approche genre est donc bien invoquée et citée. Plusieurs programmes et sous-programmes ont été proposés pour améliorer la condition des femmes et promouvoir l’égalité. Cependant, nous avons noté deux (2) grands points faibles en termes de la façon dont l’aspect genre est intégrée dans le PSDH et mis en œuvre dans le PTI 2014-2016.

Premièrement, l’approche genre, dans le PSDH, manque de transversalité. La transversalité du genre consiste à assurer à ce que l’attention à l’objectif de l’égalité femmes-hommes est au centre de toutes les activités de mise en œuvre et suivi de programme. Cette stratégie est acceptée à l’échelle mondiale pour la promotion de l’égalité des sexes. Dans le PSDH, le genre n’est pas pris en compte dans la refondation territoriale ignorant ainsi les disparités liées au genre dans le domaine de de la responsabilité de la dégradation de l’environnement et de la participation aux prises de décision relatives aux questions de gestion des ressources naturelles. De même, dans les grands programmes pour la refondation économique tel que la dynamisation de l’agriculture, de la pèche et l’élevage, l’approche genre n’est pas considérée, alors que dans l’agriculture, les hommes et les femmes occupent des rôles différents. Les femmes sont souvent responsables de la production et la distribution des produits agricoles surtout au niveau local. En effet, le manque d’accès égal aux ressources et aux opportunités peut expliquer la sous-performance du secteur agricole Haïtien.

Deuxièmement, dans le premier PTI, plusieurs projets d’importance cruciale pour la réduction des inégalités femmes-hommes, élaborés dans le cadre du PSDH, sont écartés et ne seront pas implémentés, tout en admettant que le PTI n’est qu’une tranche du PSDH. Par exemple, le développement et l’institutionnalisation de la budgétisation sensible au genre, qui est le seul projet adressant le genre dans la refondation économique, n’est pas mentionné. Pour la refondation sociale, bien que sept (7) projets ont été élaborés dans le PSDH pour promouvoir l’égalité du genre dans l’éducation, dans le PTI, aucun projet n’a été retenu dans le cadre de ce sous-programme. Le PTI fait mention non plus d’aucun projet visant à donner accès aux soins de santé de base aux femmes même si 3 projets ont été dédiés à cette fin dans le PSDH. Pour le grand programme visant d’assurer l’égalité de genre dans la refondation sociale, 38 projets devraient être continués ou mis en œuvre selon le PSDH. Dans le PTI, seulement 4 projets ont été mentionnés pour être implémentés. Ces projets ont rapport à la promotion d’opportunité économique pour les femmes dans les régions rurales et la prévention et protection contre les violences sexo-spécifiques. En vue de renforcer la prise en compte du genre dans le pouvoir judicaire dans le cadre de la refondation institutionnelle, seulement 2 projets de formation en genre et de mise en place de tribunaux spéciaux sont considérés dans le PTI. Dans le cadre de la refondation territoriale, le genre n’est pas pris en compte. Aucun programme, sous-programme ou projets tenant compte des besoins sexo-specifiques a été conçu. En ce qui a trait au financement des projets retenus, selon le rapport de mi-parcours publié par le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe, un faible pourcentage des fonds alloués à des projets qui adressent l’égalité hommes-femmes dans le PTI a été décaissé et aucun projet n’a été reporté comme achevé.

Recommandations et Conclusion

Pour une vraie intégration de l’approche du genre dans un contexte de développement économique, il est nécessaire que les institutions publiques garantissent la transversalité dans tous les axes d’interventions. Le genre est une question qui s’intéresse à tous les aspects du développement et toutes les couches sociales et doit être pris en compte à tous les niveaux et dans tous les axes d’interventions. Il est aussi nécessaire de donner une attention particulière au développement de la budgétisation sensible au genre. Pour mieux atteindre les objectifs d’égalité, une perspective de genre doit être impliquée à tous les niveaux du processus budgétaire et les recettes et dépenses doivent être remaniées dans le but de promouvoir l’égalité des genres. Ainsi, au-delà des interventions traditionnellement neutres, les projets sexo-spécifiques (autant que possible) feront bien ressortir les efforts vers une équité de genre.

Pour le prochain PTI, il est important de mobiliser l’état afin qu’il puisse tenir ses engagements. Les fonds alloués à l’implémentation des projets adressant le genre doivent être décaissés et les projets réalisés doivent être mieux documentés, reportés et évalués. De même, le prochain PTI ne doit pas exclure les projets d’importance cruciale pour le progrès de l’égalité femmes-hommes. Il est important de donner une attention nécessaire aux projets d’extension de soins primaires aux femmes et de planification familiale. Les projets qui visent la promotion d’une éducation non-sexiste et l’accroissement de la promotion de l’éducation supérieure pour les filles et les femmes doivent être aussi inclus. Ces projets si implémentés et supportés pourraient grandement contribuer à la réduction des écarts et au bien-être collectif. Il nous faut aussi une meilleure sensibilisation du personnel politique et des électeurs sur l’importance de la participation féminine et la représentation des femmes dans la vie politique ; des projets de formation peuvent être mis en œuvre à cette fin. En outre, renforcer la participation féminine tant au niveau national et local et prévoir des mesures concrète pour améliorer la condition économique et sociale des femmes nous conduira certainement vers une société plus prospère et équitable.

Extrait d’un rapport préparé dans le cadre du programme « Haiti’s Future Leaders Fellowship » organisé par l’ambassade d’Haïti à Washington, DC. Un grand remerciement au DPES/MPCE d’avoir accepté de nous accompagner tout au long de ce projet.

Sources :
Gouvernement de la République d’Haïti, Plan stratégique de développement d’Haïti : Pays émergent en 2030, Mai 2012.
Gouvernement de la République d’Haïti, Programme triennal d’investissement 2014-2016 et son cadre : vers une croissance accélérée et équilibrée de l’économie et une réduction de la pauvreté, Juin 2013.
Gouvernement de la République d’Haïti, Mise en œuvre du plan stratégique de développement d’Haïti : Rapport de Mi-Parcours du programme triennal d’investissement et son cadre 2014-2016, Mai 2015.

Dans la même rubrique :

Répondre à cet article

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter