"Le Temps des femmes" - Alternatives Economiques

Le nouveau numéro (n°051) de la revue Alternatives économiques s’intitule "Le Temps des femmes". Le magazine propose un état des lieux de la situation et des actions des femmes, autour du monde. Un focus sur certaines initiatives (Italie, Pérou, Cambodge, France, Chine...) est également développé ; le dernier chapitre se referme sur le féminisme en débats.

Editorial :

Il s’agit d’une véritable révolution, de la transformation sociale majeure de ces cent dernières années : l’émancipation des femmes. Leurs grands-mères avaient grandi dans un monde où l’on passait de la domination des pères à celle des maris, où il fallait l’autorisation de l’époux pour travailler ou signer un contrat, où le vote et la démocratie étaient exclusivement l’affaire des hommes. Soixante-dix ans plus tard, les femmes accèdent massivement au marché du travail, font des études, exercent leurs droits civiques et peuvent choisir ou non d’avoir des enfants.

Et pourtant, c’est une révolution en grande partie invisible, dont les effets marquent à tel point notre quotidien que nous n’en sommes même plus conscients. Ce mouvement n’est d’ailleurs pas propre à la France. Il s’impose en effet peu à peu dans la plupart des régions du monde, même si c’est sous des formes diverses. Ainsi, quand les Japonaises, massivement diplômées, travaillent mais choisissent le plus souvent de ne pas avoir d’enfants ; ou quand les Iraniennes, qui ont deux enfants en moyenne, accèdent majoritairement à l’université mais encore minoritairement au marché du travail. De même, les Françaises apparaissent comme des privilégiées quand on les compare aux Italiennes, condamnées à choisir entre carrière professionnelle et maternité. Mais notre modèle fait pâle figure face aux pays nordiques, où les pouvoirs publics sont très investis dans le domaine de l’égalité hommes-femmes.

Partout pourtant, cette révolution est inachevée, aux prises avec de multiples inerties. Et de nouvelles difficultés se font jour, même dans les pays développés. Ainsi, les femmes sont plus exposées que les hommes à la pauvreté et à la précarité. A ce propos, une triste " règle des 80 % " semble marquer notre pays, où 80 % des travailleurs précaires sont des femmes, comme 80 % des salariés à temps partiel, et où 80 % des familles monoparentales sont composées d’une femme avec enfant(s)…

De ce point de vue, la nouvelle frontière de l’émancipation des femmes passe par une meilleure conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. Non seulement dans leur intérêt, mais aussi dans celui de la société tout entière : des carrières féminines plus complètes et moins sujettes au temps partiel subi, ce sont aussi moins d’enfants touchés par la pauvreté, davantage de cotisations sociales, davantage de recettes fiscales pour l’Etat… Car c’est également ainsi que les femmes peuvent continuer à changer le monde.

Nous remercions Dominique Méda et les Editions Flammarion pour nous avoir autorisés à reprendre le titre de son ouvrage paru en 2010 : Le temps des femmes. Pour un nouveau partage des rôles. Nous sommes heureux de marquer ainsi notre proximité avec cette auteure et ses réflexions.

Thierry Pech et Naïri Nahapétian

***

Pour en savoir plus : Alternatives Economiques Poche n° 051 - septembre 2011

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter