Le féminisme et ses dérives - du mâle dominant au père contesté

Un livre sur le féminisme et la masculinité - qui aura envie de partager un compte rendu de lecture sur le site ?

Le féminisme et ses dérives - du mâle dominant au père contesté

Jean GABARD

Format : 15 x 23 cm - Broché sous couverture quadri

160 pages - ISBN : 2-84621-078-0 - PP : 16 €

Il est aussi possible de le commander par internet chez :

www.editionsdeparis.net
chez Sauramps, Decitre ...

Message de l’auteur :

Bonjour,

Je suis un homme et comme vous je ne peux que me rejouir de la conquète de l’égalité en droit pour les femmes dans les pays occidentaux. Comme vous je pense qu’ils sont encore trop souvent bafoués et qu’il y a necessité de continuer la lutte. Si je suis capable comme vous de condamner le machisme, je me suis aussi permis d’écrire un essai où je pointe du doigt certaines dérives de « l’idéologie féministe » qui, à mon avis, même si elles sont compréhensibles, ne servent ni la cause des femmes ni celle de la démocratie… au contraire.

Je sais qu’il peut paraître malvenu de parler de dérives féministes alors que les femmes commencent à peine à s’exprimer après plus de 10000 ans de silence et qu’elles sont encore trop souvent victimes de la violence masculine. Mais pour autant, serait-il impossible, d’émettre certaines réserves surtout si la rectification de ces dérives pouvait permettre de faire avancer la démocratie ?

J’ai intitulé mon essai : LE FEMINISME ET SES DERIVES

du mâle dominant au père contesté (aux Editions de Paris-Max Chaleil-avril 2006) et je vous présente la quatrième de couverture :

"Oser critiquer un certain féminisme valait, il y a peu, d’être taxé de réactionnaire, mais aujourd’hui le sujet peut être traité sans oeillères. Cet essai vient relancer le débat. Il montre comment, au nom d’une certaine idée de la liberté et de l’égalité, une idéologie « moderniste » qu’il faut bien appeler « féministe » puisqu’elle s’oppose radicalement à l’idéologie mise en place par l’homme, devient à son tour dominante.

Il ne s’agit pas de ressusciter ici la traditionnelle guerre entre l’homme et la femme, mais de rappeler les rapports difficiles entre le sexe dit fort et le sexe prétendu faible. Après avoir dessiné les grandes lignes d’une confrontation qui va de l’installation de la société patriarcale à sa contestation moderne, l’auteur dénonce la « bien-pensance » actuelle vis-à-vis de l’idéologie féministe. En effet, au nom de la nécessaire émancipation de la femme et de la juste lutte contre l’oppression qui, dans bien des pays, fait d’elle un sujet de condition inférieure, le féminisme en vient à nier la différence des sexes et à diaboliser l’homme perçu comme inutile. Ce nouveau dogme gynocentriste, qui est en train d’accoucher d’une société sans pères et sans repères, a de redoutables conséquences dans les domaines de l’évolution de la famille et de l’éducation des enfants.

Dans cet essai, l’auteur ne se contente pas de dénoncer les dérives féministes (qui sont aussi celles de la démocratie), il s’attache aux racines mêmes du malaise de notre société et dénonce aussi le machisme et l’intégrisme qui, partout, se font menaçants. Procédant selon une approche pluridisciplinaire, il aborde le sujet sous les angles historique, sociologique, psychologique, politique, économique, symbolique…

En ciblant tour à tour les faiblesses de l’idéologie machiste et celles de la nouvelle idéologie féministe, l’auteur invite les hommes et les femmes à ne pas s’enliser dans un manichéisme stérile mais à sortir de la confusion et des illusions pour inventer ensemble un projet adulte."

Je vous remercie pour votre écoute et n’hésitez pas à m’envoyer vos remarques sur mon essai pour faire progresser la réflexion.

Cordialement Jean GABARD

Pour plus de renseignements sur le livre et les conférences-débat sur « la place des pères » :

www.jeangabard.com

Dans la même rubrique :

3 Messages

  • L’auteur est contesté, bien entendu, par ces féministes qui font fausse route ! Point !
    Moi, je ne conteste nullement cet auteur ! Je suis même entièrement d’accord avec lui, comme avec d’autres avis décents de femmes telles que Élisabeth Badinter, Erin Pizzey, Lise Bilodeau, et autres...
    Il ne sert à rien de discuter avec ces féministes radicales, sexistes, misandres ! Les chiens aboient, la caravane passe !
    Il faut revoir la question si le féminisme aurait menti aux femmes ?
    http://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/04/21/le-feminisme-aurait-on-menti-aux-femmes-pendant-50-ans/

  • L’auteur est contesté, bien entendu, par ces féministes qui font fausse route ! Point !
    Moi, je ne conteste nullement cet auteur ! Je suis même entièrement d’accord avec lui, comme avec d’autres avis décents de femmes telles que Élisabeth Badinter, Erin Pizzey, Lise Bilodeau, et autres...
    Il ne sert à rien de discuter avec ces féministes radicales, sexistes, misandres ! Les chiens aboient, la caravane passe !
    Il faut revoir la question si le féminisme aurait menti aux femmes ?
    http://affairesfamiliales.wordpress.com/2012/04/21/le-feminisme-aurait-on-menti-aux-femmes-pendant-50-ans/

  • J’ai vraiment l’impression que des femmes confondent le principe d’ « égalité en droits » entre les femmes et les hommes... et le « droit à l’égalité » entre les femmes et les hommes !
    Foutaise, car les femmes sont bien différentes des hommes... Les femmes et les hommes sont des êtres complémentaires (entre eux) depuis des centaines de milliers d’années ! Et rien ne peut y changer ! Sauf si les femmes et les hommes mutaient encore une fois (nous ne sommes que des mutants poly-tarés d’homo sapiens) et devenaient unisexes hermaphrodites !!!

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter