Les Algériennes autorisées à transmettre leur nationalité à leurs enfants

Les Algériennes sont désormais autorisées à transmettre leur nationalité à leurs enfants après la levée par l’Algérie de sa réserve sur un article de la Convention de 1979 sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, selon un décret présidentiel.

Cet article oblige les Etats signataires à accorder à la femme des droits égaux à ceux de l’homme en ce qui concerne la transmission de la nationalité à leurs enfants. Le décret présidentiel publié hier au Journal officiel lève cette réserve que l’Algérie avait émise en ratifiant le traité. « La levée de cette réserve nous réjouit. C’était frustrant d’être Algérienne et de ne pas avoir d’enfants algériens.

La mesure va profiter aux enfants de beaucoup d’Algériennes mariées à des étrangers », a déclaré à l’AFP, la présidente de l’association de femmes Tharmwa Fatma N’soumer, Ourida Chouaki. L’Algérie avait ratifié en 1996 avec cette réserve la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes qui a été adoptée le 18 décembre 1979 par l’Assemblée générale des Nations unies. Elle est entrée en vigueur en tant que traité international le 3 septembre 1981 après avoir été ratifiée par 20 pays.

El Watan, 8 février

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter