Les droits des femmes – le bilan de 2008

2008 a été une année riche en défis et en opportunités pour les femmes du monde entier… les principaux événements et problèmes qui ont marqué cette année et qui se sont traduits par des avancées et des reculs pour les femmes. AWID dresse un bilan des évolutions de la situation mondiale des droits des femmes en 2008. Par Rochelle Jones

AWID, 2009

2008 a été une année riche en défis et en opportunités pour les femmes du monde entier…les principaux événements et problèmes qui ont marqué cette année et qui se sont traduits par des avancées et des reculs pour les femmes sont notamment : l’élection de Barack Obama comme président des Etats-Unis ; la constante répression exercée contre les défenseurs des droits humains des femmes ; le nouveau record mondial de femmes parlementaires au Rwanda ; une crise alimentaire mondiale ; une crise financière mondiale ; l’adoption, par les états membres des Nations unies, d’une résolution visant à créer une nouvelle agence des Nations unies pour les femmes ; et, malheureusement, une situation de plus en plus oppressive pour les libertés des femmes en raison de la mise en place de régimes fondamentalistes. Nous allons brièvement passer ces différents aspects en revue en mettant l’accent sur les problèmes qui ont une forte influence sur notre action et sur nos vies.

Politique

Lors d’élections tenues en septembre 2008 au Rwanda, 56 % des sièges parlementaires ont été obtenu par des femmes, ce qui constitue un nouveau record mondial en termes de représentation de femmes parlementaires.[1]

Le paysage politique en 2008 a également été marqué par la course à l’investiture présidentielle des Etats-Unis d’Amérique, dans laquelle la candidature de Hillary Clinton avait concentré les espoirs de nombreuses femmes. Bien qu’Hillary Clinton n’ait pas réussi à se faire nommer comme candidate à la présidence par le parti démocrate, elle vient d’être nommée comme secrétaire d’État par le nouveau président élu, M. Barack Obama.[2] L’élection d’Obama à la présidence a également suscité un grand intérêt au sein des mouvements des droits des femmes qui espèrent de lui de nouvelles politiques très différentes de la tendance montrée par les républicains à l’application de formules néolibérales qui ont eu un effet néfaste sur les droits des femmes, ainsi que sur les questions de genre et de développement à l’échelon mondial. Les droits reproductifs constituent une question particulièrement importante pour les femmes du monde entier et la position plus favorable au libre choix d’Obama pourrait constituer le point de départ d’une évolution positive pour les femmes.

Les Etats-Unis sont le seul État démocratique à ne pas avoir ratifié la CEDAW et « Obama s’est prononcé en faveur de la ratification de la CEDAW ainsi que de l’amendement pour l’égalité des droits. Il s’est engagé à ce que son bureau des droits civils garantisse une protection effective contre la discrimination en raison du sexe. » [3] L’accession d’Obama à la présidence pourrait également avoir des effets significatifs et positifs sur d’autres mécanismes des Nations Unies et sur d’importants organes de prise de décision comme le conseil de sécurité, ce qui ouvrirait la voie à des changements profonds et durables en faveur des femmes. Les mouvements des droits des femmes doivent donc suivre de près cette évolution.

Les défenseurs des droits des femmes

En Iran, les autorités continuent d’arrêter, de détenir, d’interroger et de poursuivre les défenseurs des droits humains des femmes ; en fait, le harcèlement contre les journalistes et les activistes des droits des femmes iraniens s’est exacerbé en 2008, en particulier contre tous ceux qui participent à la Campagne pour un million de signatures. Une lettre ouverte signée par un grand nombre d’organisations importantes des droits humains et des femmes a été envoyée aux autorités iraniennes pour déplorer les mesures adoptées par le gouvernement et demander à celui-ci de respecter les droits et libertés des activistes [4]. Malgré cela, les autorités ont décidé, en décembre 2008, de fermer les bureaux de la principale organisation iranienne des droits humains dirigée par Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix. La bataille reste dure pour les défenseurs des droits humains des femmes [5] en Iran.

Sécurité économique

La crise alimentaire mondiale s’est également aggravée en 2008 : le prix des aliments a augmenté de 55 % entre juin 2007 et février 2008 ; le prix du riz a notamment connu une hausse de 87 % en mars. Ceci a eu un effet particulièrement pervers sur les femmes du Sud global. [6].

Une crise financière mondiale d’une ampleur sans précédent et dont les séquelles continueront à se faire sentir a frappé les marchés mondiaux en 2008. L’histoire nous enseigne que ce sont les plus faibles et les plus pauvres, majoritairement des femmes, qui en pâtissent le plus. Une table ronde interactive de l’assemblée générale des Nations Unies a analysé l’impact humain de la crise et a souligné le besoin d’une analyse ventilée par sexe. Compte tenu du « paradigme de l’homme gagne-pain (considéré comme le principal soutien de la famille) » à l’échelon mondial, il existe, dans un contexte de difficultés financières, une tendance à « protéger l’emploi des hommes et arriver à un compromis pour les emplois des femmes… » en outre, l’emploi des femmes relève souvent de l’économie informelle où il existe très peu, voire aucune sécurité – ce sont donc ces emplois-là qui disparaissent les premiers. Il est toutefois certain que les femmes ne peuvent pas tout simplement arrêter de travailler, « raison pour laquelle elles finissent souvent par accepter des emplois de bien moindre qualité, souvent dans des conditions inacceptables. »[7] Cette situation a également une incidence sur le travail non rémunéré souvent réalisé par des femmes ; en effet, en période de crise financière, de nombreuses familles n’ont plus les moyens de faire appel à une aide médicale professionnelle, les personnes sont plus souvent malades et ont besoin de soins plus prolongés.

Selon Women Thrive Worldwide, cette crise aura un impact considérable sur les femmes qui travaillent dans l’industrie manufacturière du monde entier, et la crise alimentaire mondiale, qui frappe plus particulièrement les femmes, va sans doute s’exacerber.[8]

Assistance

En septembre 2008, les pays donateurs et en développement se sont rencontrés pour le troisième forum de haut niveau (FHN-) à Accra, Ghana, pour faire le point de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris et se mettre d’accord sur un nouvel « agenda d’action ». Cette rencontre a été la première occasion, pour les pays donateurs et les pays bénéficiaires, ainsi que pour les organisations de la société civile, de faire le point sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre de la DP. Les organisations de la société civile ont fait part de leur déception car leur point de vue n’a pas été pris en compte ; toutefois, le document final intitulé le Plan d’action d’Accra « est le reflet d’une évolution, bien que modeste, dans la bonne direction. Il reconnaît l’importance de l’égalité de genre et de l’habilitation des femmes en tant que clé de voûte du développement, ainsi que la nécessité de les intégrer dans certains domaines spécifiques tels que la responsabilité mutuelle ou la politique et la pratique dans les états fragiles ».[9]

Les fondamentalismes religieux

En 2008, la montée du fondamentalisme religieux s’est poursuivie dans le monde entier, ce qui a eu des effets considérables sur les femmes. C’est ainsi qu’on observe, en Afghanistan, une recrudescence des attaques des talibans contre les femmes et les jeunes filles. En septembre, une femme officier supérieur de la police a été assassinée alors qu’elle se rendait à son bureau dans le sud de l’Afghanistan.[10] Les femmes et les jeunes filles afghanes qui remettent en question les rôles traditionnels des hommes et des femmes font de plus en plus souvent l’objet d’attaques des membres des talibans ; en décembre dernier, un groupe de jeunes filles a été aspergé d’acide sur le chemin de l’école, l’une d’elles en est restée aveugle.[11] En octobre, une jeune fille de 13 ans a été accusée d’adultère et lapidée face à des centaines de personnes en Somalie. Toutefois, 2008 a également été une année riche en études et plaidoyer sur les fondamentalismes religieux de la part des activistes des droits des femmes, ce qui a favorisé la prise de conscience et la connaissance du phénomène dans le monde et a renforcé notre pouvoir collectif de changement.

Réforme des Nations Unies

L’année 2008 a marqué le début d’un processus de réforme au sein des Nations Unies qui pourrait se traduire en un profond changement pour les femmes. Les débats qui se sont déroulés au sein de l’assemblée générale (AG) en 2008 ont débouché sur un soutien généralisé en faveur d’une nouvelle et meilleure architecture au sein des Nations Unies. Ceci est en effet capital pour les femmes et, en septembre 2008, « lors de la dernière séance de la 62e session de l’assemblée générale des Nations Unies, les états membres ont adopté à l’unanimité une résolution visant à proposer officiellement un débat sur l’architecture de genre lors de la prochaine session de l’assemblée générale. Ceci signifie que les états sont convenus d’adopter prochainement des mesures pour renforcer le système des Nations Unies en matière d’égalité entre les sexes et d’autonomisation des femmes…. Le modèle hybride pourrait conduire à la mise en place d’un nouvel organisme de femmes qui, si sa création répond au désir exprimé par ses partisans, devrait avoir une solide présence à l’échelon national, une importante capacité de financement, des dirigeants au plus haut niveau et une fonction réglementaire et d’orientation stratégique. » [12]

Notes :

[1] Record mondial de femmes parlementaires au Rwanda
[2]Hillary Clinton, États-Unis. Secrétaire d’état désignée. Conseil des relations extérieures
[3] Obama : Ratifier au plus tôt la Convention sur les femmes
[4] AWID. 10 déc. 2008
[5] L’Iran ferme le Centre de défense des droits.
[6] AWID Friday File, 20 juin 2008
[7]http://www.un.org/ga/president/63/interactive/gfc/sakiko_p.pdf
[8] La crise financière : Comment elle touche les femmes dans le monde entier
[9] AWID Friday File. 9 décembre 2008
[10] Une femme officier de police est assassinée dans le sud de l’Afghanistan
[11] Attaques à l’acide et viol : une menace croissante pour les femmes qui s’opposent à l’ordre traditionnel
[12] GEAR (Campagne en faveur d’une réforme de l’architecture de l’égalité entre les sexes) Center for Women’s Global Leadership

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter