Les habitants des quartiers, et notamment les femmes, sont plus touchés par la crise

Le rapport de l’Onzus 2012 vient d’être publié. Ce rapport annuel propose un panorama détaillé de la situation des quartiers (emploi, santé, éducation, sécurité, discriminations) qui bénéficient des dispositifs de la politique de la ville. Les femmes seraient, sans surprise, plus touchées et pénalisées par la crise.

Bernadette Malgorn, Présidente du conseil d’orientation de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles (Onzus) a remis, le 16 novembre dernier, son rapport annuel au Ministre en charge de la politique de la ville.

Les résultats sont les suivants. Les habitants des zones urbaines sensibles sont plus touchés par la crise que le reste de la population nationale. Ainsi, la part de la population vivant sous le seuil de pauvreté y est de 36,1%, soit presque trois fois plus élevée que dans leurs agglomérations ; tandis que le taux de chômage est en augmentation, touchant particulièrement les jeunes (40,7 %) et de plus en plus les seniors. S’agissant de l’éducation, le rapport constate le retard scolaire des collégiens de Zus et l’orientation majoritaire en filière professionnelle des lycéens qui sont résidents de Zus. Ce dernier rapport zoome, par ailleurs, sur les 2 millions de femmes qui vivent en Zus : malgré une réussite scolaire meilleure que celle des garçons, leur accès à l’emploi n’est pas bon et moins d’une femme sur deux occupe un emploi. Pour la première fois depuis cinq ans, le taux de chômage des femmes en Zus est même plus élevé que celui des hommes. Lorsqu’elles travaillent, elles sont particulièrement touchées par la précarité et le temps partiel. Dans un contexte de crise, leur situation familiale peut expliquer cet accès plus difficile à l’emploi : elles sont davantage en situation de monoparentalité et ont une responsabilité parentale plus précoce.

Autre constat : le sentiment de discrimination très marqué dans les Zus et particulièrement dans le domaine de l’emploi. Le rapport confirme en effet un « effet quartier » Zus négatif sur l’accès à l’emploi. Un constat qui doit inciter les pouvoirs publics à amplifier les mesures pour l’emploi, à s’interroger sur le dispositif de développement économique au bénéfice des résidents et à poursuivre le rapprochement des zones d’éducation prioritaire et des Zus.

Pour en savoir plus :

Pour lire le rapport 2012 dans son intégralité, cliquez ici.

Pour lire une synthèse du rapport 2012, cliquez ici.

***

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter