Lorsque la migration économique des Africaines en Occident rime avec « Réussir à tous prix » : le cas des « Suissesses du Cameroun »

Nous vous proposons un article de Pauline Ngo Nyouma épouse Hieh, membre du Réseau Genre en Action. Cet article s’intéresse à un type de migration économique des femmes qui se situe à la limite de la légalité : le phénomène des « Suissesses » du Cameroun qui a défrayé la chronique des médias populaires de ce pays, à partir des années 1990.

L’expression « Suissesses » revêt une connotation plutôt péjorative et désigne une catégorie de migrantes camerounaises, mariées ou célibataires, qui se sont rendues en Suisse : d’où le terme suissesses, pour y faire fortune par le truchement d’un mariage avec un riche Suisse ou bien en se livrant à la prostitution ou au trafic de stupéfiants. L’utilisation des revenus obtenus de ces activités dépassait largement l’impératif de subsistance pour couvrir des dépenses de prestige, à l’instar de l’immobilier de luxe. Raison pour laquelle la migration économique de ces femmes ne semble pas se limiter à la thèse classique de la recherche de meilleures conditions de vie, comme principale cause de départ et s’apparente plutôt à une quête d’un statut social élevé au Cameroun.

Dans ce contexte, comment établir la frontière entre la lutte contre la pauvreté et l’appât du gain ? De même au-delà de l’apparente réussite financière, l’instrumentalisation du corps peut-elle se faire impunément, sans conséquences socio-psychologiques ?

***

Pour lire l’article dans son intégralité, vous pouvez consulter et télécharger la communication de Mme Pauline Ngo Nyouma

Télécharger

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter