Madame la chancelière Merkel, agissez !

Gisèle Halimi interpelle la chancelière allemande au sujet de la prostitution organisée en marge de la Coupe du Monde.

Madame la chancelière Merkel, agissez !, par Gisèle Halimi
LE MONDE | 07.06.06 |


Chère Angela Merkel, dans quelques jours, la Coupe du monde de football se déroulera dans douze villes d’Allemagne. Pour les trois ou quatre millions de spectateurs presque exclusivement masculins, le pays d’accueil, le vôtre, a confié à des investisseurs le soin de construire, d’animer et de pourvoir un immense bordel, Artémis (du nom d’une déesse grecque de la virginité et de la chasteté). Des milliers de femmes y seront "importées" pour le soulagement - clean et distrayant (préservatifs, cabines de douche, piscine, sauna, ciné porno) - des sportifs et des supporteurs. Sur 3 000 m2 et quatre étages, le corps des femmes y sera vendu, consommé. Au rythme le meilleur pour les grands profits des proxénètes. Une prostitution mondiale, organisée, taylorisée donc.

Des protestations vous parviennent chaque jour de tous les coins du monde. A vous dont les femmes, toutes origines politiques confondues, ont fêté l’élection, celle de la première femme chancelière d’Allemagne. Bien qu’engagée à gauche, je me suis personnellement et officiellement réjouie de cette avancée de pionnière dans une chasse gardée des hommes politiques. Choisir la cause des femmes, mouvement féministe indépendant des partis politiques, présidé dans le passé par Simone de Beauvoir, le professeur Jacques Monod, Prix Nobel de médecine, et aujourd’hui moi-même, vous a transmis félicitations et espoirs. Espoirs que vous saurez, à ce poste, défendre les droits et la dignité des femmes.
Or, au nom de la loi - la loi du 1er avril 2002 qui admet la prostitution dans votre pays -, vous avez refusé d’intervenir.

Puis-je vous rappeler, Angela Merkel, qu’il existe des lois injustes, intolérables, et que le devoir éthique de tout citoyen, a fortiori ici de toute citoyenne, est de les combattre de toutes les manières ? Ce pourrait être, par exemple, une initiative de suspension limitée de la loi par un vote d’urgence au Parlement. En attendant que vous, femme et chancelière d’Allemagne, demandiez l’inscription d’un débat de fond pour abolir ce droit de cité de la prostitution et de la traite des êtres humains, droit indigne s’il en est...
Votre pays est signataire de la convention internationale contre la traite. Mais, dites-vous, le problème n’est pas le même.

Ecoutez donc les Nations unies (Fonds des Nations unies pour la population, FNUAP) : "Quatre millions de femmes et d’enfants sont victimes chaque année de la traite mondiale, dont 90 % aux fins de prostitution." N’y a-t-il pas dès lors une évidente hypocrisie à condamner l’une - la traite - et à permettre l’autre - la prostitution ?
Quand vous exigez, à juste titre, de la Chine qu’elle respecte les droits de l’homme, n’est-ce pas au nom de ces mêmes valeurs universelles qui protègent la personne humaine ? Les Nations unies encore : "La prostitution et la traite des êtres humains en vue de la prostitution sont incompatibles avec la dignité et les valeurs de la personne humaine." Vendre son sexe, est-ce ou non une atteinte à ces fameuses valeurs ?

Enfin, puisque loi il y a, pourquoi ne pas utiliser celle qui permet aux Länder (Etats fédéraux) d’interdire la prostitution en certains lieux et en certaines heures ? La municipalité de Berlin - à laquelle vous pourriez glisser un mot - peut agir. Jusque-là, elle a préféré prévoir une vaste distribution de préservatifs (100 000) et recommandé "la politesse" envers les prostituées, ces esclaves d’aujourd’hui.

Voyez-vous, Angela Merkel, tous vos projets d’Europe auxquels vous vous arrimez ne sauraient être crédibles pour les femmes de nos pays si vous abandonnez l’espace européen au profit du sexe et de l’argent sale. Mais ce n’est pas seulement d’argent qu’il s’agit. Les femmes veulent sortir de cet esclavage moderne et attendent de vous une solidarité élémentaire à l’égard des plus vulnérables.

Madame la chancelière, nous refusons de boire cette coupe (du monde) jusqu’à la lie. Agissez, s’il vous plaît.


Gisèle Halimi est avocate, présidente de Choisir la cause des femmes
Gisèle Halimi
Article paru dans l’édition du 08.06.06


Et voici quelques commentaires de lecteurs qui figurent sur le site du Monde, également très édifiants :

Ophra
08.06.06 | 23h30
Mais ces femmes ne sont pas des esclaves, elles ont choisi leur sort, elles ne s’enfuient pas. L’Allemagne les accueillerait si elles s’enfuyaient. Amalgame facile. Ce n’est pas ça, l’esclavage.

fee-carabosse
08.06.06 | 22h58
La prostitution existe, c’est un fait ; en faire la promotion en l’associant à une compétition sportive, en lui construisant un édifice spécial à côté des stades, en important spécialement quelques milliers de femmes, c’est autre chose ! Ou alors faut-il considérer que c’est une activité à développer ? Certains la considèrent ici comme un métier. Je leur pose deux questions : faut-il ouvrir des écoles ? le jour où votre fille vous dira qu’elle veut faire ce métier, lui offrirez-vous la formation ?

non conforme
08.06.06 | 22h09
Excellent article dont je remercie Mme Halimi. J’attends son article sur la régression de la place des femmes dans la société française. Il me semble que l’immigration massive de populations extra européennes qui ne partagent pas la même culture quant à la place de la femme se traduit par une régression dont on observe de multiples manifestations, à commmencer par les difficultés de la mixité scolaire, les horaires de piscine séparés jusqu’aux exactions dans les cités et tant d’autres violences.

Claudine V.
08.06.06 | 20h41
Les filles sont traitées comme du bétail, les proxénètes les enlèvent, les obligent, les violent,les transportent, les vendent. Si on ne s’y oppose pas, les proxénètes pourront élever des bébés filles destinées à la prostitution. le client est plus coupable que le proxénète C’est l’acte sexuel perpétré par le client qui transforme la femme offerte de prostituée en puissance en prostituée effective. Le temple Artémis restera pour l’histoire le temple Angela Merkel Bravo G Halimi

alain d.
08.06.06 | 18h51
C’est un peu comme pour Tchernobyl... chez nous il parait que le nuage de prostituées lors du mondial de 98 s’était arrêté à la frontière !!! Cet article est d’une hypocrisie et d’une arrogance difficile. La France ferait bien d’arrêter de donner des leçons à tort et à travers, balayer devant sa porte et proposer des solutions constructives.

capes
08.06.06 | 18h17
Débat très intéressant ; ce n’est pas parce qu’une chose est légale qu’il faut l’accepter. Merci Mme Halimi de continuer à vous battre sans relâche (dire que Mme H. ferait bien de se mêler de ce qui se passe en France sonne faux ! Ce combat est aussi universel - voir leur site www.choisirlacausedesfemmes.org - Pour ce qui est de la parole des prostituées, les laisse-t-on dans les médias dénoncer leur condition ? Non, jamais... Et pourtant, la très grande majorité des femmes sont des victimes.

Mots+Libres
08.06.06 | 17h57
""Thierry R : La prostitution devrait être dénoncée comme crime contre l’Humanité car c’est une forme d’esclavage et qu’elle s’en prend à la dignité humaine."" Remplacez "prostitution" par "salariat" : ca devrait marcher aussi ... Alors pourquoi dénoncer seulement la prostitution ? parce qu’il y a du sexe dedans ? Parce que c’est vraiment "MAL" ? La prostitution ne s’en prend pas toujours à la dignité humaine : elle est le reflet de la misère, du client comme de la femme ...

marion r.
08.06.06 | 17h24
la question n’est pas de mettre en balance 2 maux,l’esclavage et la prostitution dont la prostitution serait le moindre ! le problème c’est la conception de l’homme admis par l’Etat allemand qui sous tend la mise en place d’"Artemis", qu’un homme a des instincts devant être forcement assouvis. La sexualité est donc une distraction dûe aux hommes ? Et devant être assouvie par des femmes dont certaines alimentent de fait un commerce mafieux ? C’est plutôt ça qui est avilissant...

ERIC V.
08.06.06 | 15h42
On mélange tous. La traite des êtres humains et la prostitution. Pour nombre de féministe la prostitution est considérée comme de l’esclavage. La traite des êtres humains rend les hommes esclave, sans droits, l’homme y est considéré comme une ressource. La prostitution est de faire son métier le commerce sexuel de sa personne. On se fait payer pour des rapports sexuels. La prostitution, tout comme le travail lorsqu’il est forcé, rend la personne esclave ce qui va à l’encontre des

Techno Coud
08.06.06 | 15h17
Euh... Tout le monde parle mais il serait bon de demander l’avis aux interressees, les prostituees, nan ? ’fin je dis ca...

ApsaraJ
08.06.06 | 14h46
Tres interessant debat, et soulagee de voir que la reflexion, aussi difficile soit elle, l’emporte sur l’indignation. Pour ma part, je souhaiterais seulement relever la contre-reference a la mafia : rappelez vous de la prohibition ! Quelle est l’economie la plus souterraine : celle d’un traffic illegal ou d’un secteur controle, tant bien que mal, par l’Etat ?

LANDRUC1
08.06.06 | 13h23
Pourquoi GH ne pousse-t-elle pas le féminisme à créer des partis politiques réservés aux femmes ? Pour elle, une femme au pouvoir doit faire passer des lois qui sont favorables aux femmes (à toutes les femmes ?). C’est ce qu’elle exige de Mme Merkel avec presque des menaces : "tous vos projets européens ne sauraient être crédibles aux femmes". Des partis politiques réservés aux femmes auraient l’avantage de présenter des programmes dédiés et les femmes pourraient voter en connaissance de cause.

RFLEF
08.06.06 | 13h22
J’avais tenté de faire le lien dans un précédent post. Y aurait-il un tourisme sexuel dans les pays d’asie plus important de la part des allemands que des français. En Allemagne, chaque petite ville a son sex-shop depuis longtemps et depuis peu la prostitution est autorisée. Cette différence dans la perception de la pornographie et du relachement des moeurs a-t-il donc un impact sur la pédophilie touristique ? Si oui, je préfére le système français culpabilisant pour sauver même un seul enfant.

Lagrandeimage
08.06.06 | 12h30
L’indignation est facile, la réflexion plus difficile. On ne peut que regretter que des femmes se prostituent quelque soit leur motivation. Mais le fait est que quelque soit la législation, il est prouvé que la prostitution aura toujours lieu. Il vaut mieux pour ces femmes exercer dans un cadre légal, protégé et sécurisé au maximum possible que d’être relégué dans la clandestinité et l’illégalité où elles courrent beaucoup plus de risques.

jimmie
08.06.06 | 11h12
Mme Halimi ne dit mot de ce qui se passe en France ! La France pays du double langage, des grands idéaux "Liberté, Egalité, Fraternité", des hypocrisies de certains intellectuels aveugles, dont Mme Halimi fait partie ! En France, mauvais temps pour les prostituées qui doivent être invisibles pour ne pas faire tâche sur le pays des droits"de l’homme". En France, plusieurs femmes meurent par mois sous les coups de "leurs hommes" Il vaut mieux critiquer ailleurs que se regarder en face, Mme Halimi !!

Est_Ouest !L’Entente
08.06.06 | 09h19
L’autre peine:les filles de l’Est.La chute du mur de Berlin et la fin du communisme,c’est cela.Un camp peut en cacher un autre.Heureux dénouement de la guerre froide !des femmes qui se prostituent et des hommes qui se vendent à bon marché:belle mondialisation !

colette a.
08.06.06 | 08h47
je suis une mamie désolée de voir comment à partir d’une compétition sportive super-médiatisée, l’on ne respecte pas les femmes..de grâce, fermez les bordels pendant cette période.

Lou
08.06.06 | 07h15
Aude, vous êtes pour les maisons closes, c’est à dire pour les hypermarchés contre les petits commerces (plus hygiéniques, plus clean). Pourquoi ne dit-on pas que la légalisation de la prostitution en Allemagne permet aussi de récupérer de l’argent par le biais des impôts et que ces femmes sont pénalisées quand elles travaillent au noir ? Est-ce normal qu’un état profite, pour construire ses routes, de cet argent-là ?

Lou
08.06.06 | 06h32
Madame Merkel n’agira pas, trop d’intérêts (financiers) sont en jeu. Je trouve déplaisante la connivence que G Halimi établit avec A Merkel, sous prétexte qu’elles sont femmes. Hélas, les femmes qui gouvernent ne sont souvent pas plus humaines que les hommes. Nous avons dans l’Histoire suffisamment d’exemples de reines cruelles. Il est vain de croire que la nature "femme" implique un plus grand respect de certaines valeurs morales.

Lou
08.06.06 | 05h58
Le véritable scandale, c’est que, à nos époques modernes et libérées, jamais il n’ait été envisagé l’équivalent d’un tel "service" pour les femmes. A quand un "centre Apollon" lors de manifestations qui attirent une majorité de femmes ? Pourquoi ce sens unique,toujours, sinon pour démontrer que la prostitution est avilissante et qu’aucun homme n’accepterait de s’y soumettre dans ces conditions ? D’autre part, comparer le droit à l’avortement avec le droit à la prostitution paraît malsain.

Gilles K. de Tokyo ville de l’erotisme "collegiennes" pour vieux messieurs
08.06.06 | 01h30
que le foot ait la reputation d’attirer un tas de gros cretins nourris a la biere des le berceaux et sexy en diable au point de devoir s’en tenir a l’amour tariffe (expression de Terry Pratchett) n’est pas tres nouveau... mais pourquoi appeler ce bordel Artemis ?? j’aime bien ce prenom et maintenant il risque d’etre tres tres difficile a porte dans une cours de recreation ! pourquoi n’ont-il pas choisi "baisodrome" ? La vrai question est : est-ce que ce sera un succes economique ? sera-ce repete ?

Thierry R
08.06.06 | 01h26
La prostitution devrait être dénoncée comme crime contre l’Humanité car c’est une forme d’esclavage et qu’elle s’en prend à la dignité humaine.

A.S.
08.06.06 | 00h41
La prostitution existe de facto. La pénaliser, c’est attaquer un mal par ses conséquences. La légaliser, c’est constater que ça va mal sans agir. L’alternative est à peine satisfaisante... Mais concrètement, comment proposer à ces dames une autre vie ? Concrètement, comment expliquer à ces hommes l’abject de leur conduite, leur faire prendre conscience du constat de médiocrité qui s’impose ? Un projet de société dont je n’ai pas la solution. Mais Mme Halimi non plus visiblement. Des propositions ?

adurante
07.06.06 | 23h43
merci à Gisèle Halimi pour ce cri devant l’intolérable je voyais l’autre jour à la télé le tôlier de ce marché des femmes révisant son étalage de chair avant l’afflux des clients mâles venus calmer leur excitation d’après match en se payant une femme,Angela Merkel une fois au pouvoir sesouvient-elle qu’elle est une femme et comme toute femme sait-elle qu’en cas de guerre de misère de malheur ou par malchance un jour son chemin peut croiser un violeur un abuseur et basculer dans l’épouvante

aude
07.06.06 | 23h09
non mais franchement ! certes la prostitution est inacceptable pour toutes ces jeunes filles exploitées, violées etc... mais , justement une maison clause, avec inspection sanitaire ( et fiscale...) suivi médical serait mieux que les petites passes ds les endroits sordides et sans toutes les précautions necéssaires ! oui aux maisons clause ! ps : certes il va y avoir plus de filles a être débarquée en Allemagne... et en France lors du mondial ? et ailleurs pr les JO ?

Nicola W.
07.06.06 | 21h42
L’hypocrisie devient une ontologie de la conscience humaine. On se scandalise pour l’ailleurs jamais pour son petit carré hexagonal de terre. G. Halimi ne comprend pas que le monde est ainsi non simplement l’Allemagne. Soyons objectifs et non faire des coups de manches. On écrivait "Arbeit mach frei" (le travail c’est la liberté)en France comme ailleurs, même souci d’exploitation. Armes, sexes, pollution, corruption etc. Scandale, dites-vous ? votre salon est trop confortable Madame Halimi.

fee-carabosse
07.06.06 | 21h41
"Ignorance crasse" ? Hélas, je crains que ce ne soit pire : les hommes n’ignorent pas vraiment la réalité de l’esclavage sexuel. Mais une partie d’entre eux est toujours gouvernée par son petit engin et est prête à faire preuve de la pire mauvaise foi pour satisfaire ses pulsions machistes en toute tranquillité.

Mots+Libres
07.06.06 | 21h39
Cette indignation a quelque chose de surréaliste : le scandale est-il que ce bordel ouvre à l’occasion de la Coupe du Monde (mais alors à une autre date il aurait été plus tolérable ?), est-il que ce bordel soit si vaste (mais alors jusqu’à quelle taille aurait-il été tolérable) ? Et puis surtout : vouloir à toute force assimiler toute prostitution à de la traite est louche car ce n’est pas exact ! Difficile de ne pas voir comme un peu d’ "ordre moral" dans cette indignation circonstanciée ...

Lecteur Béta
07.06.06 | 21h31
"Honnêtement,je ne vois pas ce qu’il y a de plus criticable dans ce Code Noir propret à la Louis XIV,que dans notre sordide traite...On est placé face à deux choix de société : l’un peut-être cynique,qui admet les travers humains et essaye de les encadrer au mieux,et de l’autre,notre société hypocrite qui interdit mais tolère,repoussant aux franges les plus glauques ce que Tartuffe ne veut pas voir. En quoi les esclaves soumis au Code Noir seront-ils plus exploités que les autres ?"

hopeandglory
07.06.06 | 20h42
Mme Halimi je vous admire depuis tjrs : mais il m’est impossible de croire à votre naîveté...quelle facilité que la prostitution pour les hommes...c’est impossible à éradiquer car il n’y a qu’une solution c’est la condamnation pénale des clients...et comme les Lois sont faites par les hommes et que même, peut-être quelque part cela arrange certaines femmes...Au contraire de vous, plus je vieillis plus je trouve le mâle infâme...

Catherine P.
07.06.06 | 20h40
Faisons une étude sociologique des profils de recrutement dans ces bordels proprets ! D’où viennent ces femmes ? comment ont-elles accepté ? faut-il les humilier une seconde fois en se voilant la face ? Bien sûr, nous n’avons pas de quoi être fier sur la situation en France. Ce qui est intolérable en Allemagne est la dimension du profit à propos du Mondial et le risque de pérennisation et d’encouragement des recruteurs maffieux. Entre deux maux, je choisis le moindre et donc la situation franç

Sexualité et foot !
07.06.06 | 20h03
C’est peut-être cela l’immigration choisie rêvée par les libéraux !une imposture !ça rapporte beaucoup de sous ! et ça ferme sa gueule la nuit !Pardon à cette souffrance de femmes et cet humour gras et déplacé !Mille fois pardon !La colère !contre le Marchand !Tous ces mecs qui en plaisantent si leur fille,leurs amoureuses ou leurs épouses...mais bon !

TV
07.06.06 | 20h00
Vu à la TV brésilienne GNT (visible aussi au Portugal), interview de deux anciennes prostituées, auteurs de livres, l’une âgée et militante de la défense de ses anciennes collègues, l’autre plus jeune. Toutes les deux avaient fait ce métier par choix. La première avait fait scandale en écrivant dans un livre précédent que l’on faisait toujours ce métier par choix...même si le choix (surtout au Brésil) est entre prostitués et femme de ménage par exemple...

Amoureux de Paname
07.06.06 | 19h55
Parité !alors !des bordels pour femmes !Mais quand je pose la question à toutes mes amantes(prétentieux !)elles me répondent :"nous nous jouissons pas de cette façon,l’amour imbécile,la tendresse,nous ne sommes pas rentables,nous avons besoin de temps,de gestes,de mots et de paroles !".Ah bon !"."oui pauvre type,depuis le temps,tu n’as compris que ta mécanique,c’est de la foutaise !on s’emmerdre quand tu fermes les yeux !".Pardon !pardon !C’est dingue !c’est comme ça ?.Comment on fait alors ?.Débrouille-toi !

destripadore
07.06.06 | 19h42
Toujours est il que quel que soit l’avis que l’on à sur la prostitution (je n’en ais pas de tranché) il est clair que l’apport de jeune filles ’fraiche’ pour le mondial à mathematiquement un gros pourcentage de filles nouvelles et leurs engagements volontaire n’est certainement pas l’ecrasante majorité ! Dans ce cas la, la legalisation est bien aussi celle de la traite des femmes. CQFD PS : puisque ça semble attiré le chaland au mondial, l’allemagne et la FIFA devrais sponsorisé les macs !

andre l.
07.06.06 | 19h31
Question à tous les hommes : accepteriez vous que vos filles se prostituent ? Par ailleurs, le parcours de leur enfance et de leur adolescence les a t’il vraiment conduites à se prostituer en "toute liberté". Libres de "vendre" leur corps, est ce vraiment elles qui en profitent le plus financierement ? A étudier de pres.Et oui,les hommes sont trop tributaires de leur "zizi" et celà entraine une grande misere sexuelle ,souhate. Mais le prix à payer pour les femmes est lourd.

Lecteur_Lambda
07.06.06 | 18h54
Honnetement, je ne vois pas ce qu’il y a de plus criticable dans ce méga-bordel propret à l’allemande, que dans notre sordide Bois de Boulogne... On est placé face à deux choix de société : l’un peut-être cynique, qui admet les travers humains et essaye de les encadrer au mieux, et de l’autre, notre société hypocrite qui interdit mais tolère, repoussant aux franges les plus glauques ce que Tartuffe ne veut pas voir. En quoi les prostituées d’Artémis seront-elles plus exploitées que les autres ?

PAUL B.
07.06.06 | 18h47
Oui agissez et vite, le temps presse ! Puisque les jeux du stade à Berlin engendrent encore des comportements inhumains, faites recommander que non seulement l’on soit poli avec ces pauvres femmes ( et hommes) mais qu’ils soient protégés contre les esclavagistes qui les importent pour les vendre et ensuite les revendre. Sinon Angela la bien nommée deviendra Beurk-elle. Alors courage Madame la Chancelière et il vous en faudra.

Catherine P.
07.06.06 | 18h32
IGNORANCE CRASSE. Pour justifier le colonialisme, il y avait toujours l’image d’Epinal du bon "colon blanc" et du médecin blanc etc.. donc l’attente et même la demande des indigènes ! Transposez la situation ! Examinez l’amplitude du nombre l’avilissement forcé au regard des prostituées par choix de commodité (prostitution de luxe). Examinez les rapports des institutions internationales sur les trafics d’êtres humains. Le commerce des femmes rapporte plus d’argent à la maffia que la drogue.

Christine A.
07.06.06 | 18h03
oh la vieille tarte à la crème de l’exploitation par le marriage ! C’est juste idiot. Moi qui vis en Allemagne je peux dire que la télé est assez pénible et bien sûr omniprésente. A minuit sonnantes, toutes les chaines passent aux pubs de sexe, comme un seul homme... 15 minutes par demi-heure, ou c’est mon impression. Des filles aux seins en ballons ou tristement quelconques, qui se masturbent, se lèchent les seins etc, en boucle. Là on peut voir l’industrie formidable derrière tout ca, messieurs

Citizen Q
07.06.06 | 18h03
hm, question de culture, il me semble que sur ce point l’allemagne reste sur ces position culturelle comme de bon droit. il est vrai que Mme merkel aurait put faire quelquechose, taper du poing sur la table. mais il semblerais que ce fait soit plus toléré de l’aute coté du rhin que de ce coté ci. la question de savoir si l’on doit condiérer les femmes comme des mineures sur le plan sexuel, me semble un peu exagéré. il est préférable que l’on pénalise le consomateur, source de l’indignité fémine

Frédérique S.
07.06.06 | 17h46
Prostitution et Société, revue trimestrielle du Mouvement du Nid publie toujours des témoignages de prostituées.Voilà ce que dis l’une d’elles : " La prostitution un choix libre ? Je ne dis pas qu’il n’y en a pas quelques-unes - une bien petite minorité - qui décident d’essayer ça et le font librement, sans sombrer dans la dope et l’alcool...et la très grande majorité des prostituées adultes ont commencé quand elles étaient des enfants." Et essayer la prostitution ce n’est pas s’y installer.

Quel article...
07.06.06 | 17h24
..inepte. Les pays comme l’Allemagne, l’Autriche ou encore les Pays-Bas ont une politique bien plus juste et plus humaine que celle de la France qui consiste, grosso modo, à cacher tant bien que mal puis à se laver les mains de ce qui est un phénomène qui ne disparaitra pas (car, par pitié, laissons les utopies de côté pour une fois). Légaliser, encadrer, protéger : voilà la solution que certains de nos voisins appliquent à raison. Pas une panacée, certes, mais un progrès indéniable néanmoins.

utopisaller
07.06.06 | 17h19
L’on constate que dans les pays qui prohibent la prostitution la traite des etres humains ne recule pas. En interdisant la prostitution, on ne l’abolit pas, on la rend clandestine. La traite n’est pas a confondre avec la prostitution. Legaliser la prostitution peut meme faciliter la detection des case de traite. Il faut surtout veiller a encadrer, mettre en place des mecanismes de surveillance et de vigilance en amont. En tout etat de cause, interdire la prostitution ne resoud rien.

gérard B.
07.06.06 | 16h38
C’est bien connu : les délinquants (de banlieues) sont forcés par l’ultraviolence d’une société ultralibérale de délinquer, et leur responsbilité personnelle est donc nulle. Par contre, une femme choisit le plus souvent librement son moyen de subsistance : l’exploitation d’un seul type (pourvoyeur en bijoux, ...) et cela s’appelle le mariage, ou de plusieurs et cela s’appelle de la prostitution. Et puis les hommes ont des besoins irrépressibles, n’est-ce pas ?

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter