Mali : Révision du code de la famille : Quel sera le nouveau statut de la femme ?

Depuis plusieurs années le débat est ouvert par rapport à la
révision du code des personnes et de la famille. Un projet de texte ayant
été élaboré sous l’ancien président Alpha Oumar Konaré.

21/01/2008 : (Nouvel Horizon)

L’actuel président Amadou Toumani Touré avait suggéré au ministre de la
Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille de dépoussiérer ce
projet de loi, à la demande des associations et ONG œuvrant pour la cause
des femmes. Et depuis le débat est relancé.

Sans connaître le contenu du texte les avis sont partagés. D’une part, ceux
qui sont contre le nouveau code dont le contenu n’est pas connu, estiment
que ce nouveau code donnera plus de pouvoir à la femme. Toute qui risquera
de mettre notre culture sur une pente glissante selon les conservateurs.

DES HOSTILITES A LA REFORME

Toute chose qui fait le malheur des femmes dans notre société. Et depuis le
lendemain de l’indépendance, elles ont commencé la lutte pour leur promotion
socio-économique et politique. C’est ces dernières années que la situation
de la femme commence à s’améliorer.
C’est à cause des esprits conservateurs que les femmes participent
faiblement à la gestion de la vie publique. Faut-il rappeler que malgré
leur nombre numérique et leur capacité physique et morale à occuper un
poste de responsabilité, on enregistre très peu de femmes au niveau des
postes de responsabilité. Et pour mieux réussir leur coup, certains n’ont
pas hésité à faire une relation entre le code de la famille et la religion.

C’est pourquoi on évoquait dans l’opinion que le code est contraire à
l’islam. Ce qui a même motivé le Haut Conseil Islamique a rencontré le
président de la République sur la question et celle de l’abolition de la
peine de mort.

LA COMMISSION DEJA EN PLACE

A cette occasion, le président de la République a assuré le Haut Conseil
Islamique qu’une commission sera mise en place qui statuera sur la question
pour sortir un texte conforme à nos réalités. Le département de la Justice
était chargé de prendre des dispositions nécessaires pour la création de
cette commission.
C’est le mardi dernier que le ministre de la Justice et Garde des Sceaux a
procédé à la mise en place officielle de cette commission pour réfléchir
sur le projet du code des personnes et de la famille, créé par décision
n°004/MJ-SG du 10 janvier 2008.

UN CODE CONFORME À NOS REALITES

Cette commission est constituée de 19 membres provenant de toutes les
couches de la société qui échangeront pendant environ 2 mois et demi sur le
projet de code en vue de l’enrichir et de l’améliorer tout en conciliant
modernisme et tradition. Mais, bien avant la rencontre avec le Haut Conseil
Islamique, lors de la cérémonie officielle de célébration du 8 mars 2007,
journée mondiale de la femme, le président de la République avait souligné
que le nouveau code des personnes et de la famille sera adopté. Avant de
préciser qu’il sera conforme à nos réalités. Sûrement la commission
travaillera dans cet esprit.

COMMENT CONCILIER MODERNISME ET TRADITION

D’autre part, les forces progressistes qui sont les défenseurs de l’équité
et de l’égalité trouvent que cette révision n’est pas une question de femme
mais celle de la famille et de la société, de la consolidation de nos
acquis.
Avec la mise en place de cette commission, tout va dépendre de la qualité
des membres, leur bon sens pouvant concilier modernisme et tradition. En
plus, ces membres doivent travailler pour la promotion de la démocratie, de
la bonne gouvernance et des droits de l’homme.

LE SENS DU PROJET DE REVISION DU CODE DE LA FAMILLE

Il faut par ailleurs souligner que les membres de cette commission doivent
se rappeler qu’au-delà de la femme, il s’agit de la famille de la société,
mais aussi d’une question de bonne gouvernance et de développement.
Lorsqu’on sait que plus de la moitié de la population malienne est
constituée de femmes.
Aussi, pour un développement durable de notre pays, il faut l’équité homme/
femme dans toutes les situations dans la société. Ceux qui ont établi ce
projet ont sans doute regardé tous les contours de la société pour un
développement durable à travers l’épanouissement de la femme. Mais, il
reste l’appréciation des 19 membres de la commission chargés de se pencher
sur le projet de code.

Par : Dado Camara, Nouvel Horizon du 17 janvier 2008

Source :
http://www.wluml.org/french/newsful...=x-157-559874]

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter