Nigéria : La bigamie en sursis

Un projet de loi visant à réprimer la bigamie sera
bientôt déposé devant le parlement fédéral, mais en cas d’adoption,
certaines de ses dispositions nécessiteront une grande sensibilisation
pour ne pas être mal interprétées, a-t-on appris de source officielle à
Lagos.

APA-Lagos (Nigeria)

Le nouveau texte a été présenté mardi, par la Commission nigériane de
réforme des lois, organisme mandaté par le gouvernement fédéral pour
réviser la législation du pays.

Il stipule notamment que "toute personne qui contracterait un mariage
avec une autre déjà mariée" sera condamnée à 5 ans d’emprisonnement.

Le texte fixe aussi à 18 ans l’âge minimum du mariage, et impose à toute
personne devant se marier en dessous de cet âge d’obtenir l’autorisation
d’un juge.

Les contrevenants à cette disposition encourent 2 ans de prison, une
peine valable pour une personne qui aiderait à réaliser ce mariage.

La nouvelle loi, si elle était adoptée par l’Assemblée fédérale,
interdirait également aux citoyens déjà mariés selon les rites
islamiques, de contracter un second mariage.

La peine prévue dans ce cas est de 5 ans d’emprisonnement.

Cette disposition particulière a suscité de nombreuses interrogations au
cours de la séance publique de mardi, à Abuja, a appris APA.

Selon Olukayode Somolu, président de la Commission nigériane de réforme
des lois, le nouveau texte vise à harmoniser la loi islamique avec la
loi fédérale.

Il autoriserait une personne déjà mariée dans l’Islam, à s’unir
légalement seulement avec le conjoint épousé dans la religion.

Selon des témoins joints au téléphone par APA, la nouvelle loi a été
bien appréciée dans son ensemble.

« Il est temps que le mariage musulman soit reconnu et se fasse en
accord avec la loi fédérale », soutient J. Kolo, témoin de la première
audience parlementaire, insistant toutefois que "tout cela devra être
clairement expliqué pour ne pas créer de malentendus au sein de la
communauté musulmane ».

De nombreux députés estiment que la loi nigériane est un peu trop
calquée sur celle du Royaume-Uni et appelle donc les révisions prévues.

Source : http://www.apanews.net/article.php3?id_article=14831

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter