Pétition contre une loi extrême en Ouganda sur l’homosexualité

Le Parlement ougandais est décidé à adopter une nouvelle loi cruelle qui pourrait prévoir, entre autres, la peine de mort ou la prison à vie pour homosexualité. S’il réussit, des milliers d’Ougandais pourraient être exécutés - pour le simple crime d’aimer. Avaaz lance un appel vibrant de mobilisation !

Après une mobilisation mondiale sans précédent l’an dernier, le Président Museveni avait dû suspendre le vote. Mais la crise politique s’intensifie en Ouganda, et les extrémistes religieux au Parlement espèrent que la confusion et la violence urbaine détourneront l’attention de la communauté internationale pendant qu’ils tenteront pour la deuxième fois de faire adopter cette loi haineuse en catimini. Montrons-leur que le monde a toujours les yeux rivés sur eux !

Nous n’avons pas de temps à perdre. Nous avons 24h pour rassembler un million de voix contre cette horrible loi anti-gays. Nous remettrons cette pétition aux autorités ougandaises et aux pays qui peuvent influencer la décision du Parlement.

Pour signer cette pétition.

Être gay en Ouganda est déjà dangereux et terrifiant. Les Ougandais LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) sont régulièrement harcelés et passés à tabac. L’an dernier, le militant pour les droits LGBT David Kato (photo ci-dessus) a été sauvagement assassiné chez lui. Tous les Ougandais LGBT sont plus que jamais menacés par cette loi cruelle qui condamnerait à la prison à vie toute personne ayant eu des relations sexuelles avec un individu du même sexe et les « multirécidivistes » à la peine de mort. Même les ONG luttant contre la propagation du sida risquent la prison pour « promotion de l’homosexualité », selon les termes de cette loi haineuse.

L’Ouganda est en pleine tourmente politique : un scandale secoue le Parlement, qui doit composer avec le retrait de millions de dollars d’aide humanitaire. Cette agitation a donné aux extrémistes religieux et au législateur l’occasion parfaite de ressortir discrètement le projet de loi anti-gays, que la Présidente du Parlement a cyniquement qualifié de « cadeau de Noël aux Ougandais ».

Le Président Museveni avait pris ses distances par rapport à cette loi l’an dernier, car la pression internationale menaçait l’aide financière dont bénéficie l’Ouganda. Trouvons un million de signatures pour stopper à nouveau la loi et sauver des vies. Nous n’avons que quelques heures.

L’an dernier, notre pétition mondiale condamnant la peine de mort pour les gays avait été remise au Parlement, déclenchant une large couverture médiatique mondiale et une pression suffisante pour bloquer la loi pendant des mois. Lorsqu’un journal à sensation avait publié 100 noms, photos et adresses d’individus présumés gays et que les personnes ainsi identifiées ont été menacées, Avaaz avait soutenu un recours en justice contre le journal et nous avions gagné ! Ensemble, nous avons constamment soutenu la communauté gay en Ouganda. Aujourd’hui plus que jamais, elle a besoin de nous.

Avec espoir et détermination,

Emma, Iain, Alice, Luis, Ricken, Joseph, Michelle et le reste de l’équipe d’Avaaz

***

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter