Pour une pédagogie du genre à l’attention des décideurs et décideuses politiques ! par Adéquations

En France, la controverse récente sur « le genre à l’école » est alimentée par des structures et mouvements conservateurs qui rivalisent de désinformation et d’amalgames douteux pour défendre des valeurs sociétales et/ou religieuses conservatrices depuis longtemps dépassées par la réalité des faits (acquis en matière d’égalité femmes-hommes, recomposition des familles, monoparentalité, homoparentalité, etc.).

L’association Adéquations a souhaité réagir à cette "panique du genre" à laquelle, chose dangereuse, des élu-e-s et responsables politiques ont semblé donner crédit.

Source : Adéquations

"La méfiance envers « l’approche de genre » affichée par ces décideurs politiques et élu-es est plus préoccupante, parce que cela suppose qu’ils ne connaissent pas les lois qu’ils et elles ont eux-mêmes votées depuis des décennies, les engagements qu’ils et elles ont pris au nom de la France au niveau européen et international, les conventions ratifiées par la France pour promouvoir cette approche. Embêtant pour des représentant-es de l’Etat de droit et de l’intérêt général.

Pour remédier à cette ignorance, l’association Adéquations leur propose une visite guidée de certains de ces engagements internationaux, en s’appuyant sur notre centre de ressources documentaire en ligne.

Qu’est-ce que « l’approche de genre » ?

Le terme « genre » renvoie à une notion sociologique étudiée et mise en pratique depuis plusieurs décennies : « l’analyse des rapports sociaux de sexe ». La démarche de genre analyse les responsabilités et les rôles, les statuts, les stéréotypes qui sont attribués par la société et la culture à une personne, selon qu’elle est née femme ou homme.

Appliqué aux politiques publiques, le genre a pour objectif de promouvoir l’égalité des femmes et des hommes en prenant en compte les différences et la hiérarchisation socialement construite. On parle aussi « d’approche intégrée de l’égalité ».
Lire la suite

Les engagements internationaux

C’est pourquoi depuis plusieurs décennies et notamment depuis la Déclaration universelle des droits humains de 1948 et son principe d’égalité des sexes, la communauté politique internationale développe un corpus juridique reconnu par les Etats démocratiques. Ces textes font explicitement référence à l’égalité de genre, à l’approche intégrée du genre dans les politiques publiques (gender mainstreaming), avec des objectifs comme la lutte contre les stéréotypes de genre, le rééquilibrage des rôles sociaux de sexe, le partage équitable de la parentalité, etc.

  • Convention internationale pour l’élimination de toutes les discriminations à l’encontre des femmes, 1979
  • Le plan d’action de la Conférence internationale de Pékin de 1995 sur le statut des femmes
  • La stratégie européenne pour l’égalité entre les femmes et les hommes (2010-2015)
  • Convention du conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, adoptée le 7 avril 2011 Lire la suite

La définition d’objectifs universels de développement durable intégrant le genre

La question de l’égalité de genre est également au centre des discussions internationales sur la définition, d’ici 2015, d’objectifs de développement durable faisant suite à la Conférence internationale "Rio + 20" et aux objectifs du millénaire pour le développement, qui forment le cadre actuel pour la coopération internationale et l’aide publique au développement.

L’égalité femmes-hommes, les droits sexuels et de la procréation, l’éradication des stéréotypes de genre et de la violence contre les femmes sont partie intégrantes des négociations, avec la perspective d’un objectif dédié et de cibles et d’indicateurs transversaux en matière de genre.
Lire la suite

Engagements en matière d’éducation non sexiste

Pour revenir à l’éducation, puisque c’est l’application de l’approche de genre dans ce domaine qui a mis le feu aux poudres, rappelons qu’en ratifiant la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), la France s’est engagée à convenir que « l’éducation de l’enfant doit viser à favoriser l’épanouissement de la personnalité de l’enfant et le développement de ses dons et des ses aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités » (article 29 de la CIDE), ce qui correspond à la définition même d’une éducation non sexiste. Par ailleurs, en son article 2, la CIDE engage les Etats parties à garantir l’ensemble des droits énoncés « indépendamment de toute considération de sexe ».
Lire la suite

Des initiatives françaises en matière de genre

Les responsables politiques sont-ils au courant qu’ils ont adopté une stratégie Genre et développement pour garantir l’efficacité de l’action française en matière de coopération et de solidarité internationale ?
Lire la suite

Conclusion

Les détracteurs et détractrices « du genre » diront que ça n’est pas l’égalité femmes-hommes qui les préoccupe mais le risque « d’indifférenciation des sexes », l’incitation à « choisir son genre ». Non seulement cet argument témoigne d’une confusion perpétuelle entre « sexe », « genre », « orientation sexuelle » etc. mais on peut aussi se demander pourquoi faire autant de bruit au vu du peu de choix transgressant les normes de genre établies (l’homosexualité et les unions entre personnes du même sexe étant somme toute assez peu répandues dans l’ensemble des sociétés humaines) ?

En réalité en manipulant le public (notamment les parents d’élèves) par des propos biaisés, ce qu’ils et elles défendent, c’est une conception naturaliste, biologiquement déterminée des rapports humains. Le danger ne serait-il pas pour eux de considérer que si les rapports humains sont socialement construits, ils pourraient aussi se déconstruire ? Car ils et elles seraient ainsi obligé-es d’admettre par exemple que la pauvreté, les inégalités entre riches et pauvres, les discriminations sociales ne sont pas naturelles, mais liées à des rapports de pouvoir et de domination, exactement comme les inégalités entre les femmes et les hommes…

Quant aux décideurs politiques de bonne foi, ils disposent d’un corpus de textes internationaux sur lesquels s’appuyer pour expliquer et défendre l’intérêt du « genre », de nombreuses publications, centres de ressources en ligne, outils pédagogiques pour se former à cette approche intégrée de l’égalité des femmes et des hommes.

Source : Adéquations

Dans la même rubrique :

Répondre à cet article

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter