Programme genre du PNUD au Mali

Afin d’apporter des réponses aux disparités de genre qui sont une entrave au développement socio-économique du pays et d’augmenter la participation des femmes à la vie publique, le Gouvernement du Mali, à travers le Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille et avec le soutien du PNUD a adopté une Politique nationale et un Plan d’action national pour la période 2002-2006 qui visent, entre autres, à réduire le taux d’analphabétisme des femmes en général, des filles en particulier ; à renforcer l’équité hommes-femmes ; et à lutter contre la pauvreté des femmes.

L’égalité entre les sexes ou l’équité de genre est un objectif principal du PNUD dans le cadre de sa mission de lutte contre la pauvreté. Il a en effet été largement démontré qu’il est impossible d’atteindre un développement humain durable en négligeant les besoins et droits humains des groupes défavorisés, parmi lesquels les femmes essentiellement. La réduction des inégalités/disparités apparaît par conséquent comme une problématique transversale qui devrait sous-tendre l’ensemble des interventions de l’organisation ; tel est du moins l’option stratégique prise par le PNUD depuis quelques années.

La politique genre du PNUD est basée sur deux stratégies complémentaires :

§ Gender mainstreaming : qui correspond à la prise en compte systématique des rapports de genre dans tous les domaines d’action (social, économique, politique, culturel), à toutes les étapes (identification/formulation, mise en œuvre, suivi-évaluation) et à tous les niveaux d’action, plus spécifiquement au niveau des politiques et stratégies de développement (up-stream) désormais privilégié par le PNUD. Une telle stratégie vise à reconfigurer les rapports de genre dans le sens d’une plus grande équité et donc d’une évolution/transformation du positionnement des femmes –notamment- dans la société ;

§ women’s empowerment : qui vient en réponse de manière ciblée aux besoins spécifiques des femmes, entraînant une amélioration de leurs conditions de vie sans nécessairement produire d’effets directs ou explicitement recherchés quant à leur statut.

Au Mali, les femmes représentent 52 % d’une population rurale à 80 %, vivant en dessous du seuil de pauvreté à 64,2 % (EDS III 2001). Elles constituent un groupe particulièrement défavorisé, voire marginalisé : aucune instruction pour 71,7% des femmes de 15 à 49 ans, taux d’alphabétisation faible de 12,1% contre 48,3% pour les hommes (1998), taux bruts de scolarisation des filles de 53,7% contre 75,3% pour les garçons (1er cycle, 2003) avec des déperditions plus fréquentes des filles en cours de cursus scolaire, forte mortalité maternelle et indices synthétiques de fécondité élevés (6,7) ; faible accès aux instances de prises de décision (14 femmes députés sur 147 hommes à l’Assemblée Nationale, 4 femmes Ministres sur un Gouvernement de 28 membres en 2002) ainsi qu’un statut juridique des femmes marqué par des dispositions discriminatoires dans les textes de loi, la non reconnaissance de certains de leurs droits dans les faits, la méconnaissance de leurs droits par les femmes elles-mêmes.

Afin d’apporter des réponses à ces disparités et contraintes qui sont une entrave au développement socio-économique du pays et d’augmenter la participation des femmes à la vie publique, le Gouvernement du Mali, à travers le Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille a adopté une Politique nationale et un Plan d’action national pour la période 2002-2006 qui visent, entre autres, à réduire le taux d’analphabétisme des femmes en général, des filles en particulier ; à renforcer l’équité hommes-femmes ; et à lutter contre la pauvreté des femmes.

L’équité du genre a été retenue comme thème transversal dans le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) dont s’est doté le Mali depuis 2002, devenu le cadre unique des politiques et stratégies de développement du pays à moyen terme ainsi que le principal document de négociation avec l’ensemble des partenaires techniques et financiers.

Au niveau du Système des Nations Unies/Mali, le Plan-cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement 2003-2007 (UNDAF) intègre également transversalement le genre dans ses trois programmes-cadre thématiques : 1) Gouvernance, 2) Population et services sociaux essentiels, 3) Développement rural, sécurité alimentaire et action environnementale. Un groupe genre/UNDAF, piloté par le PNUD et regroupant des délégués des différentes agences a été créé dans la perspective de garantir un suivi de la mise en œuvre du plan qui prenne en compte cette dimension (indicateurs différenciés selon le genre, collecte et analyse de données désagrégées) ainsi que de faciliter le renforcement des capacités des équipes bureaux/projets en la matière et de développer une stratégie de plaidoyer du SNU sur le thème.

Le PNUD, au travers de son Cadre de coopération PNUD-Gouvernement 2003-2007 du Mali, appréhende la dimension du genre en tant que finalité et outil d’analyse dans ses deux axes d’intervention prioritaires que sont la gouvernance et les conditions de vie durables ; ceci de manière à appuyer la formulation de politiques et stratégies de développement fondées sur une connaissance des disparités dans les domaines cités, et par conséquent notamment orientées vers les groupes vulnérables. La responsabilité du genre est placée au plus haut niveau du PNUD, la Direction, qui coordonne l’ensemble de la politique genre et délègue une partie des tâches relatives au genre à un Point focal genre, bientôt Conseiller genre, disposant ainsi d’une ressource entièrement investie sur la problématique et travaillant en étroite collaboration avec tous les chefs d’Unités.

Le PNUD s’est en outre doté d’un Programme d’Appui au Renforcement de l’Equité Hommes-Femmes 2000-2003 (PAREHF) dont la stratégie d’intervention devait lui permettre de se positionner comme acteur de promotion, d’appui, d’inter-face et de facilitation sur le genre entre les organisations et association de femmes, les bailleurs de fonds, l’Etat et les opérateurs d’appui. Ce Programme a reçu mandat du PNUD pour la réalisation d’une Etude sur l’intégration du genre dans les programmes/projets du PNUD (2002) qui a formulé de nombreux constats, parmi lesquels :

§ Les démarches d’identification/formulation des programmes et projets sont soucieuses de l’équité du genre bien que les outils d’analyse selon le genre soient assez faiblement maîtrisés ;

§ Le mécanisme de suivi-évaluation des programmes intègre le genre (effets genre escomptés dans le Cadre de Résultats Stratégiques du PNUD) mais ces effets demeurent méconnus des équipes de projets qui mettent en place des systèmes de suivi-évaluation rarement différenciés selon le genre (indicateurs non désagrégés) et plutôt portés sur les produits ;

La plupart des programmes/projets ne visent pas expressément le renforcement de l’équité Hommes/Femmes mais aboutissent néanmoins à des résultats intéressants en termes de promotion sociale, économique, culturelle et politique des femmes bien que l’ampleur de ces évolutions soient difficilement appréciables.

A l’issue de cette étude, une Stratégie genre et un Plan d’action genre 2003-2007 ont été élaborés par le PNUD selon une méthodologie participative, impliquant le Gouvernement et la société civile. Le plan comporte trois types de résultats stratégiques :

§ L’institutionnalisation du genre est effective au travers de mécanismes et cadres institutionnels appropriés et fonctionnels ;

§ Les capacités en genre du gouvernement, du PNUD, de la société civile et des ONGs sont renforcées et ont une incidence sur la formulation et la mise en œuvre de politiques, stratégies et programmes de développement ;

§ Le Gouvernement, le PNUD, la société civile et les ONGs disposent d’outils d’analyse, de formulation/planification et de suivi-évaluation intégrant le genre et les appliquent de façon systématique.

***

Source : Programme des Nations Unies pour le développement http://www.ml.undp.org/bgender.htm, accès le 6 février 2004

Dans la même rubrique :

Communauté

  • Devenir membre
  • Se connecter
  • Nos membres
  • Le genre se bouge
  • Publier un article

infoGENRE

S'abonner à la newsletter